San Francisco Life
Bonjour et bienvenue sur le Forum de San Francisco Life ! =)

Nous sommes toujours ravis d'accueillir de nouveaux membres et si tu veux t'inscrire, n'oublie pas de choisir un nom et un prénom

Petite précisions : Pour l'inscription, tu n'as pas besoin d'activer ton compte ! =)

Nous espérons te voir bientôt parmi nous ^^

Clara, Fondatrice du Forum.



 

Partagez|
Melody Potter
avatar

Mieux me connaître
✘ Qui sont tes ami(e)s & tes ennemies:
✘ Je suis membre: Du Glee Club
✘ Je fais partie de la fraternité: Célibataire
Je suis un(e) Renégat
et Membre Glee Club
Féminin
Messages : 336

Jeu 27 Sep - 19:07

J'y croyais pourtant





Johnny Silverstone



Melody Potter




J’y crois pas !! Je n’y crois pas !!
Je sors tout juste du City college où j’ai été convoqué cette après midi même suite à une demande d’emploi complétement loufoque que j’ai osé faire quelques jours auparavant. Réellement… jamais je n’aurais pensé une seconde que Monsieur Hamilton, le directeur de l’université, ne me recontacte suite à mon courrier et mon Curriculum Vitae.

J’en suis encore toute retournée. J’ai d’abord crue à un canular téléphonique, oui je sais, c’est assez stupide vue ainsi, mais j’en ai été victime pendant quelques temps à cette même université, alors encore aujourd’hui… je m’attends à tout! Sans doute que des étudiants de nos années d’étude s’y trouve encore?

Quoi qu’il en soit, j’ai hâte de rentrer à la maison et de voir Johnny… enfin s’il est là, car depuis qu’il a débuté dans l’entreprise de son père, je sais qu’il ne rentre pas toujours très tôt. J’ai une nouvelle à lui annoncé, enfin je devrais même dire une très grande nouvelle. J'espère qu’il sera aussi fière de moi, que je le suis.

Le trajet en transport en commun est vraiment très long, heureusement que mon téléphone portable qu’il m’a offert, fais jeux sur internet, cela me permet de passer le temps. Je ne sais pas à quel moment je suis devenue cette jeune femme, maman d’un petit garçon, propriétaire d’une magnifique villa et aussi d’un téléphone dernier cri. Je n’aurais jamais cru cela possible il y a encore quelques temps et pourtant… aujourd’hui il semblerait que j’ai même un emploi!!! enfin… à l’essai, mais tout de même !!

C’est en courant que je franchie la grille de la maison, rejoignant la porte d’entrée, que par chance je découvre déverrouillée.

“Super !!! tu es rentrée”

Je me rue à l’intérieur, jetant mon sac à main sur le côté… enfin là ou normalement je le pose délicatement…

“Johnnyyyyy !!! Johnnyyyy !! j’ai une super nouvelle a”

Je suis prise de court. Alors que j’observe enfin autour de moi, je découvre un salon tout retourner, certaines de nos décorations casser, un cadre de nous trois gissant sur le sol. J’avance à petit pas, criant beaucoup moins joyeusement.

“Johnny?”

Comment notre maison a-t-elle pu se retrouver sans dessus dessous de la sorte? Je me sens immédiatement submergé par l’émotion, j’approche du premier objet que je croise, le ramasse et le remet sur la petite étagère ou elle se retrouver, mais elle retombe quasi immédiatement sur le sol, se cassant un peu plus encore.

“Qui a bien pu faire ça”

Le reste des pièces est bien pire que celle ci. Mais celle qui me brise le coeur c’est bien ma pièce à moi. Tout est ruiné, en morceau, déchiré… il y en a partout, comme si c’est à moi qu’on avait souhaité s’attaquer. Je retiens mes larmes, mais la douleur en moins est intense.

Je reviens aux rez de chaussée, la baie vitré qui mène à la piscine est fermée, pourtant quelque chose me pousse à me rendre à l’extérieur. Je ne saurais décrire quoi. J’ouvre la porte, m’avance en observant autour de moi, mais je ne décèle rien, personne, mise à part de la couleur qui attire mon regard dans le fond de la piscine.

“Qu’es que c’est que ce truc”

Au même instant, un bruit de porte se fait entendre dans la maison, je fais volte face, le coeur battant la chamade, paniqué de peut être me retrouvais nez à nez avec un inconnu, un cambrioleur peut être?

“Oh pu’... ce n’est que toi… j’ai eu si peur”

J’ai la main sur le coeur, un vent froid à envahie mon sang. Toute la joie et la gaieté qui m'avait accompagné durant tout mon trajet, me semblait loin, très loin derrière moi. Par chance, ce n’est que johnny qui rentre avec notre fils dans ses bras, car nous avons la chance qu’il ai une super garderie dans l’immeuble ou il travail. Je me rue vers Tony et le prend dans mes bras.

“Je viens de rentrer… je crois qu’on a été cambriolé ou… je ne sais quoi… j’ai cru que tu étais un cambrioleur…”

Je serre mon fils dans mes bras, mais presqu’immédiatement je trouve refuge contre Johnny, son parfum, sa présence, ses bras me rassure.




Voir le profil de l'utilisateur
Johnny Silverstone
avatar
Citoyen de San Francisco
et Footballeur
Masculin
Messages : 531

Ven 28 Sep - 17:54

Tout le monde semblait intéressé par ce que j’avais à dire. J’étais plutôt surpris à cette idée, c’était la première fois que j’avais l’impression que mon avis comptait. Je n’étais pas mécontent finalement de ce boulot dans l’entreprise qui portait mon nom. Même si c’était aussi celui de mon père, les autres actionnaires ne me traitaient pas comme le fils arriviste du PDG.

J’avais notifié les idées principales de chacun et je fournissais mon compte rendu à la secrétaire pour qu’elle en fasse quelque chose de propre. Elle a un sourire éclatant, pourtant jamais je ne l’avais imaginée nue, est ce que c’était ça devenir adulte ?

Il y avait néanmoins un corps nu que j’étais pressé de retrouvé, c’était celui de celle qui avait accepté de le mettre à disposition, pour moi, rien que pour moi pour le reste de nos vies respectives. Mélody, son nom restait gravé en moi comme une douce mélodie qui ne vous quitte jamais, j’avais l’impression de vivre pleinement un rêve que je n’aurais jamais osé faire avant.

En ressortant je passais prendre notre petit Tony qui semblait profiter tout autant de sa nouvelle vie à la crèche de l’entreprise. Etrangement il avait le droit à plus d’égards que moi, la directrice de la crèche traitait le petit Silverstone comme le prince héritier de cet empire. J’aimais bien sa façon de m’appeler Monsieur même si je précisais à chaque fois que c’était mon paternel qui s’appelait comme ça.

- Toi aussi, tu as hâte de retrouver ta maman ?

Nous reprenions la voiture pour rentrer à la maison, j’installais le petit à l’arrière fièrement. J’étais content de savoir faire tout seul sans avoir besoin de demander toujours à Mélody de venir l’attacher. De toute façon il faudrait bien qu’on arrive à se débrouiller tous les deux si maman voulait commencer à travailler de son côté.

- Tu es bien mis ? Alors en route !


Je venais appuyer mon index contre son nez en souriant avant de prendre ma place au volant pour rejoindre la maison. Il y avait seulement cinq grosse minutes de trajet, on arrivait rapidement et je crois que j’avais autant hâte que Tony de retrouver sa maman. On se garait dans la cours et je prenais le bébé dans mes bras pour ouvrir la porte d’une façon enthousiaste.

“Qu’es que c’est que ce truc”

- Ma chérie, on est rentré !

On pouvait entendre la voix de Mélody au loin, pendant un instant je me demandais à qui elle parlait. J’avançais dans la direction du bruit pour rejoindre ma jolie brune. J’ouvrais la porte du salon pour avancer vers l’autre pièce quand je voyais ma copine qui sursautait comme si elle attendait autre chose.

“Oh pu’... ce n’est que toi… j’ai eu si peur”

- Peur ?

Pourquoi est-ce qu’elle aurait eu peur ? Je n’ai pas le temps de la questionné que Mélody viens récupérer notre fils pour le serrer contre elle. Je le lui tends et profite du spectacle avant de les récupérer tous les deux dans mes bras que je laissais ouvert pour mieux les enlacer contre moi.

- Je suis là, qu’est ce qu…


“Je viens de rentrer… je crois qu’on a été cambriolé ou… je ne sais quoi… j’ai cru que tu étais un cambrioleur…”

J’écarquille les yeux, mais ne bouge pas, gardant ma belle dans mes bras. Je dépose un baiser sur son front et puis essaye de voir autour de nous ce qui a bougé. C’est vrai que ça avait l’air plutôt en désordre, plus que d’habitude. Je passais une main contre le bras de ma voisine en essayant de la rassurer.

On avait des caméras de sécurité, mais pas de système d’alarme. De toute façon qui voudrait venir nous cambrioler ? Il n’y avait que des affaires à nous, rien d’une réelle valeur à part la télé géante qui semblait être restée à sa place. Je serais Mélody contre moi en caressant son dos pour la cajoler encore un peu.

- Ne t’inquiète pas, je vais m’occuper de tout ça d’accord.

S’il y avait encore quelqu’un dans la maison je le débusquerais. Personne n’avait le droit de faire du mal à ma femme ou mon fils. Je prenais une voix un peu plus intimidante en relâchant Mélody et faisant quelques pas vers le coin où tout semblait renversé.

- Je vous préviens, si vous êtes encore là je vais m’occuper de vous personnellement !

Pour protéger ma nouvelle famille je serais capable de faire mal. Je serais le poing, perturbé par la situation et me tournais quand même vers Mélody pour lui montrer que j’étais là. Je soupirais et avançait dans la pièce d’une façon téméraire. Je restais à l’affut des bruits, il était hors de question qu’on me surprenne.

En vrai j’avais le cœur qui battait rapidement, je ne me posais pas mal de question, sans même me rendre compte que je devais avoir l’air ridicule à avancer tout plier comme le ferait un agent secret. En arrivant dans la pièce que j’avais fait pour Mélody, je sentais une rage monter en moi quand je découvrais l’état.

- Putain … les enfoirés !

Je frappais mon poing contre le mur de la pièce en faisant une marque sur la tapisserie qui aurait pu être encore sauvable avant mon intervention. D’un coup j’étais moins attentif et je courais dans la pièce, fou, en cherchant le coupable à l’intérieur. Putain, c’était juste un massacre et ça me brisait le cœur de voir ça.

Je courais vers la baie vitrée qui était resté ouverte pour accéder à l’extérieur. Tout avait l’air en ordre dehors, je ne faisais pas attention à la piscine pour l’instant. Je retournais en courant dans cette pièce ou j’avais laissé les deux amours de ma vie pour retrouver Mélody et la serrer dans mes bras avec Tony qui pleurais.

- Shuut bébé, pleure pas, il n’y a plus personne ici.
Voir le profil de l'utilisateur
Melody Potter
avatar

Mieux me connaître
✘ Qui sont tes ami(e)s & tes ennemies:
✘ Je suis membre: Du Glee Club
✘ Je fais partie de la fraternité: Célibataire
Je suis un(e) Renégat
et Membre Glee Club
Féminin
Messages : 336

Ven 5 Oct - 10:59







J’avais du mal à imaginer que ce que j’avais sous les yeux était réelle. Qui avait bien pu faire ça? pourquoi? nous étions nouveau dans le quartier, n’avions fait de problème à personne… alors pourquoi? une personne qui en voudrait à Johnny? peut être par rapport à son nouveau job ou il semble être intransigeant.

Au moment ou j’entend sa voix, je me sens déjà un peu plus soulager, j’ai tellement peur qu’une personne soit cacher chez nous… ou je ne sais quoi. je comprend mieux cette impression d’avoir été violées, dont les gens cambrioler font souvent part, c’est exactement cela que je ressens, savoir que des gens ont pénétré chez moi… chez nous… toucher à tout.. fait n’importe quoi… à leur bon vouloir.

- Ma chérie, on est rentré !

Immédiatement je file les rejoindre, attrapant mon petit Tony dans mes bras et sa présence me fait le plus grand bien. Je l’embrasse, le serre contre moi, son odeur de bébé est tellement bienveillante.

- Peur ?

Johnny ne semble pas comprendre, sans doute n’a-t-il pas fait attention lorsqu’il est entré dans la maison, alors je l’informe des dégâts, enfin… en quelques mots à peine, il fera rapidement un constat de lui même malheureusement.

- Je suis là, qu’est ce qu…

Je suis maintenant dans ses bras, il me caresse, m’apaise sans faire grand chose, mais déjà je me sens beaucoup plus en sécurité. j’aurais aimé que cela dure plus longtemps, mais je sais qu’il faut qu’il fasse le tour de la maison, même si j’ai beaucoup plus envie de contacter la police qu’autre chose.

- Ne t’inquiète pas, je vais m’occuper de tout ça d’accord.

“Johnny, non appelle la police, il s’en occuperons”

J’essaie d’attraper son bras, mais avec Tony dans les miens, cela rend la tâche bien plus difficile, j’ai peur qu’une personne mal intentionné soit encore cacher dans la maison.

- Je vous préviens, si vous êtes encore là je vais m’occuper de vous personnellement !

J’entend ses pas s’éloigner, sa voix un peu plus loin dans la maison, alors que je suis incapable de bouger de l’entré. Je sers mon fils dans mes bras, essaie de regarder un peu partout dans la maison, faisant un constat des dégâts, bien que je sais que ma pièce est sans doute la plus atteinte de toute. Pourquoi? es moi que l’on cherche à viser? je ne pense pas nuire à quelqu’un pourtant? ou es que se serais encore ces jaloux de l’université? ceux même qui me traumatisait à chaque intercours, de leur avoir volé leur copain? en sont-ils encore à cela alors que je suis désormais la maman du fils de leur soit disant ami?

De la ou je me trouvais, je ne pouvais plus voir Johnny, mais je savais pertinemment dans quel pièce il se trouver, car c’était la mienne. Lorsque le bruit de son poing résonna dans le reste de la maison, je m’avançais doucement.

“Johnny? ça va? c’était quoi ce bruit?”

J’étais inquiète, mais avançait avec prudence. Quel soulagement lorsque Johnny fut enfin de retour à nos côté. Je soupirais un grand coup, sentant sa main dans mon dos, me retrouvant avec notre fils dans ses bras.

- Shuut bébé, pleure pas, il n’y a plus personne ici.

“Il faut appeler la police… qui à pu faire ça?  je comprend pas pourquoi on nous en veut… tu as vu ma pièce… tout est… tu avais fait ça pour me faire plaisir et ils ont tout…  “

J’étais désolé, pour moi, pour nous… j’étais si joyeuse un peu plus tôt et là je ne savais plus quoi faire, j’avais juste besoin de lui, qu’il soit là.

“ Peut être que nos voisins ont vu ou entendu quelque chose? je ne sais même pas quoi faire... “





Voir le profil de l'utilisateur
Johnny Silverstone
avatar
Citoyen de San Francisco
et Footballeur
Masculin
Messages : 531

Mer 10 Oct - 11:14

Si j’attrapais celui qui avait fait ça, je pense que je pouvais être méchant, même si je me refusais de montrer à Mélody un Johnny agressif. Je sentais une sensation désagréable me prendre aux tripes et je préférais en avoir le cœur net. Il fallait que je constate l’étendue des dégâts et je laissais Tony pour veiller sur sa mère le temps d’un tour du propriétaire.

“Johnny, non appelle la police, il s’en occuperons”


C’était incompréhensible, tout était sans dessus dessous. On aurait dit que quelqu’un s’était amusé à tout saccager, à laisser des traces un peu partout. On pouvait voir sur rouge à lèvre sur les vitres, est ce que c’était une fille qui avait fait ça ? Aussi loin que je me souvienne, je n’avais touché personne d’autre que Mélody depuis notre emménagement.

Je grommelais, énervé en tapant du poing contre le mur. Si je réfléchissais à qui aurait pu m’en vouloir, il y avait ce gros enfoiré de Logan, mais ça faisait un bail que je ne l’avais pas revu. J’avais tronché sa copine, et pourtant il ne l’avait pas si mal pris. Je laissais mon poing glissé contre le mur doucement.

“Johnny? ça va? c’était quoi ce bruit?”

Est-ce qu’elle pouvait entendre mon cœur qui battait si fort dans ma poitrine que chacun des battements pouvaient fendre un peu plus la pièce en piteux état ? Je ne pouvais pas répondre, pas dans cet état, je continuais d’explorer le cœur lourd. Je me promettais intérieurement que ça ne resterait pas impuni.

Il n’y avait plus personne ici, je pense même que ça c’était passé il y a plusieurs heures. Après avoir fait le tour je retournais vers ma brune encore sous le choc pour la prendre dans mes bras. Je ne voulais pas que ça gâche tout, et que ça nous renvoie en arrière par rapport à ce qu’on avait construit jusque-là.

“Il faut appeler la police… qui à pu faire ça? je comprend pas pourquoi on nous en veut… tu as vu ma pièce… tout est… tu avais fait ça pour me faire plaisir et ils ont tout… “

Mélody était dans mes bras, je la serrais contre moi en prenant soin de ne pas étouffer notre Tony entre nous. J’embrassais son front et passais une main dans ses cheveux pour lui montrer que j’étais avec elle. Je ne savais pas vraiment quoi faire non plus, mon père avait déjà eu des cambriolages avant mais il avait du personnel chargé de la sécurité pour gérer tous ces genres d’incidents.

- Je vais les appeler tout de suite.

J’embrassais ma belle d’une façon plus tendre avant de quitter ses lèvres du bout des miennes, un peu frustré de ne pas faire durer plus longtemps le baiser. Je sortais mon téléphone pour composer le numéro abrégé du commissariat, j’espérais qu’on pourrait me renseigner. Je tombais sur une dame un peu sèche à qui j’expliquais mon problème.

- Si vous pouviez envoyez quelqu’un rapidement, ça nous soulagerait !

Il fallait que Mélody se sente en sécurité, plus encore que moi. Je voulais qu’ils arrivent vite et qu’on mette tout ce carnage derrière nous. Quand je raccrochais le téléphone, je le posais sur le meuble à côté pour retourner vers elle et caresser sa joue d’une main. Je la regardais avec tendresse, je détestais la savoir apeurée.

- On refera ta pièce, je te le promets, elle sera encore mieux qu’avant, on la fera ensemble.

Elle avait eu ma surprise à l’emménagement, et si tout était détruit, la surprise avait été là. Demain on pourrait refaire une pièce, à son image, je la laisserais choisir ce qu’elle veut, et ça sera encore plus beau que l’ancienne. Il resterait les débris de ce piano sur lequel on avait fait l’amour, mais on en retrouverait un autre, et on recommencerait.

“ Peut être que nos voisins ont vu ou entendu quelque chose? je ne sais même pas quoi faire... “


Mélody continuait de chercher des solutions, des réponses, mais il fallait qu’on se calme un peu. J’allais dans le frigo de la cuisine pour en sortir une bouteille de jus d’orange et je remplissais un verre avec. Je crois que la seule chose à faire dans l’immédiat c’était se calmer un instant, et attendre. Je lui tendais le verre en venant faire une caresse au petit Tony sur sa joue.

- Tu veux boire un peu ? La police fera le tour des voisins, on ne peut rien faire de plus pour l’instant.
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Tout nous sépare et pourtant, nous sommes si proche. [PV] TERMINE
» On dit que les adolescents sont tous pareils. Pourtant, je ne crois pas être comme toi. | Héloïse Aragon |
» Ah t'es là toi ? Je te croyais déjà mort... [PV Seth]
» Désolée ^^'
» Et pourtant,il est loin d'etre un social-democrate

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
San Francisco Life :: San Francisco :: ♣ Potrero Hill :: ♥ Villas & Maisons :: N° 1181 Johnny & Melody-
Sauter vers: