San Francisco Life
Bonjour et bienvenue sur le Forum de San Francisco Life ! =)

Nous sommes toujours ravis d'accueillir de nouveaux membres et si tu veux t'inscrire, n'oublie pas de choisir un nom et un prénom

Petite précisions : Pour l'inscription, tu n'as pas besoin d'activer ton compte ! =)

Nous espérons te voir bientôt parmi nous ^^

Clara, Fondatrice du Forum.



 

Partagez|
Beverly Limouze Hamilton
avatar
Entraîneuse des Cheerleading
Féminin
Messages : 51

Ven 4 Mai - 16:41


On fait la fête pour fêter ça?
Beverly ξ Arabella


Deux jours que je suis à San Francisco, dans cette chambre d'hôtel. Mais aujourd'hui c'est le jour de trop... celui ou j'ai revue Micah alors que j'espérais que ce soit le plus tardivement possible, mais vous pensez bien... le destin... putain de destin, à préféré le mettre sur ma route aujourd'hui.
Je suis fatigué de ma journée, autant physiquement que psychologiquement, alors me retrouvais le corps en croix sur ce lit bien trop grand à mon goût, me fou le cafard.

Je repense à toutes ces filles que j'ai vu pendant l’entraînement, beaucoup de nouvelle têtes, plus beaucoup d'ancienne, nous avons franchie un cap, nous sommes apparemment tous devenue assez mature pour prendre notre propre vie en main. Puis je pense à Arabella, à qui j'ai donné mon rang de Chef Pompom il y a un an avant mon départ. Elle n'était pas là à l’entraînement, peut être malade, ou peut être qu'elle a oublié.

Je me redresse pour attraper mon téléphone, dans mon répertoire je cherche son prénom, puis quand je le trouve enfin, c'est sans hésité que j'appuie sur le bouton vert. Une sonnerie... deux... puis enfin j’entends sa voix.

« Arabella, j'écoute »

« C'est Bév »


Je n'ajoute rien, je l'entend déjà devenir folle derrière son téléphone. J'ai le sourire sur les lèvres et surtout les larmes aux yeux. C'est tellement bon d'entendre une voix que l'on connaît bien.

« Si si c'est bien moi je t'assure, c'est pas une blague »

« Je suis à San Francisco depuis deux jours et... »


Voila qu'elle m'incendie de ne pas l'avoir prévenue de mon arrivée en ville, elle veut tout savoir, mais ne me laisse pas une seconde pour répondre, ce qui me provoque un fou rire.

« Calme toi, j'arrive même pas à répondre a une seule de tes questions tellement tu parles vite »

Elle éclate de rire à son tour, je me joint à elle, puis le calme retombe.
Elle veut savoir ou je suis, avec qui... Elle ne me parle pas de Micah et je lui en suis tellement reconnaissante. Quand elle me demande ou je vis, pour qu'elle vienne me voir, je rajoute, faisant tourner une mèche de cheveux autour de mon doigt.

« Je suis dans un hôtel pour le moment, j'ai mis une annonce pour trouver une colocation, mais j'ai encore... »

Arabella me coupe immédiatement, il ne lui faut pas plus de deux secondes pour déjà nous imaginais dans son appartement qu'elle trouvait justement – ou comme par hasard – trop grand pour elle seule.

« Tu es sur ? Tu sais comment je suis et puis... »

Elle me coupe, même l'annonce de mon petit chien ne lui fais pas peur. Elle veut absolument que je vienne tout de suite une fois que j'aurais rendue ma chambre d'hôtel... Comment ne pas accepté moi qui justement craignais de moisir dans cette chambre, toute seule, moi qui justement commencer à ne plus accepter d'être aussi seule.

« Laisse moi une heure et j'arrive »

Elle me dit de prendre de quoi noter et c'est son adresse que je griffonne sur un bout de papier, trouver à la hâte dans mon sac à main, heureusement que je garde toujours mes tickets de caisse, sinon j'aurais du tout noter sur ma main.

« N°45 oui oui t'en fais pas j'ai tout noter... a tout à l'heure Ara... et merci »

Lorsque je raccroche, cette envie de pleurer a disparu, si je le pouvais je la remercierais encore, car en quelques minutes avec elle au téléphone, elle a su effacer le négatif de ma journée. Je ne perd pas de temps, je prépare tous ce que j'ai avec moi dans la chambre d'hôtel. Je prend une bonne douche avant de partir, autant profité de l'eau vu le prix que l'on paie, puis mon chien dans mon sac à main, nous allons jusqu'à l'adresse que nous a donné Arabella. Il m'en faut du temps pour y parvenir, heureusement que San Francisco est bien desservie niveau Métro et que j'ai un bon GPS même pour les piétons dans mon téléphone dernier cri.

« Faut vraiment je pense à m'achetais une voiture »

Je lève la tête devant le bâtiment qui semble être le bon, du moins, c'est ce que mon GPS ne cesse de me répétais.

« Vous êtes arrivée... Vous êtes arrivée »

« Ouai ouai c'est bon, on a compris »

Je prend soin de l'éteindre, tout en soupirant quand je constate que ce petit voyage, m'a pourrie la moitié de la batterie du portable. Super la technologie, mais un peu plus de batterie serait bienvenue dans ce genre de circonstance, car si Ara' aurait habité plus loin, je suis pas sur que ça aurait tenue beaucoup plus longtemps.

Je sonne au numéro approprier sur l'interphone et la voix de ma folle dingue de copine résonne dans toute la rue. Je suis encore entrain de rire de son excitation, quand je pousse la porte et monte jusqu'à son étage. Je dépose ma chienne Chanel, qui saute marche aprés marche à mes côtés, puis s’immobilise devant la porte ou je m'arrête avec ma petite valise, mais je n'ai pas le temps de toquer, qu'Arabella ouvre la porte et me saute au cou.

« T'es vraiment cinglé comme fille »
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella Sandova
avatar
Membre des Zeta Bêta
et Chef Pom-Pom
Féminin
Messages : 78

Mer 16 Mai - 10:12

On fait la fête pour fêter ça 
 
Arabella 
Sandova 
PV 
Beverly 
Hamilton 




   La ville était devenue tellement différente depuis le départ d’Hailey, celui de Beverly, et chacune des copines que je pouvais avoir qui ont toutes finies par m’abandonner. Finalement même le lycée devenait un endroit froid, sans âme, du moins ça n’était plus cette âme que j’aimais tant défendre en me trémoussant avec les jolis pompom que m’avaient légué Beverly avant de partir.

   Ma dernière année avait été plutôt dénuée de sens, même si j’étais fière d’être la nouvelle capitaine des pompom, je me recentrais sur ma famille, mes sœurs, pour qui je ne cesserais jamais de me battre. Je continuais de chanter dans des petits cafés pour animer le vendredi soir, mais je me rendais bien compte que je ne serais jamais une star internationale.

   J’avais arrêté mes études, même si j’avais travaillé dure pour décrocher mon diplôme, et je me concentrais sur des petites auditions pour faire des publicités, n’importe quoi qui pourrait me sortir de cette routine. Je continuais de travailler avec Lena, presque à plein temps maintenant, elle était toujours aussi compréhensive, comme une deuxième maman.

   Sans les filles, je n’avais plus d’intérêt à rester chez les Zeta, alors je m’étais trouvé un petit appartement qui serait allez parfaitement pour moi toute seule. Je m’y était habituée, même si je devais avouer que parfois ma vie chez les Zeta me manquait.

   Aujourd’hui j’avais passé la matinée avec la puce de Léna et j’avais mon après midi pour moi. Je pensais prospecter un peu pour un petit rôle quelque part, j’étais même confiante quand mon téléphone sonnait. Je courais pour le récupérer sur la petite table basse quand je voyais la photo de Bev s’afficher.


- Hiiii ! Bev

   Je décrochais toute excitée, on ne s’appelait pas assez, même si elle me manquait beaucoup. Je lui avais promis de prendre soin de ses pompom, et je crois que j’avais pas trop mal réussi avant de rendre le flambeau à celle que j’avais jugé la plus méritante.


- ça va ? T’es où, tu fais quoi ? A San Francisco ? Je te crois pas ? Depuis quand ?

   Ecoutant mon amie me raconter rapidement qu’elle était revenue en ville, je sautillais sur place, il fallait absolument que je la vois. J’avais un millier de question à lui poser que je lui posais déjà. Je riais quand elle me disais de me calmer, mais je pouvais pas.

- A l’hôtel ? Faut que tu viennes ici, tu vas pas rester à l’hôtel !

   Pourquoi est ce qu’elle était dans une chambre d’hôtel, j’avais du mal à imaginer ma copine à l’hôtel. Je ne sais pas bien si elle comptait rester longtemps en ville ou pas, mais je lui expliquait qu’elle devait venir chez moi, qu’il était hors de question qu’elle dorme une nuit de plus là bas.

   J’exposais la situation, en lui avouant qu’on serait peut être un peu à l’étroit, mais que je voulais vraiment qu’elle vienne. Je lui donne l’adresse de l’appartement en confirmant qu’elle pourrait venir elle, et son ami canin qu’elle voulait me présenter.

- Bien sûr que t’emmène aussi ton chien, allez hop hop hop je te fais de la place le temps que t’arrive !

   En raccrochant le téléphone, je le lançais sur le petit canapé et je sautillais encore sur place en gloussant, joignant mes mains avec un large sourire. Maintenant opération nettoyage de printemps, il fallait ranger vite fait la vaisselle, les vêtements qui traînaient. Elle me laissait une heure, je crois que j’en avais besoin moi aussi.

   En passant à la salle de bain pour déposer mon linge sale dans un coin, je me regardais dans le miroir et je me faisais peur. Pfff, j’ai une sale gueule, je crois que j’ai besoin d’une douche. Sans me poser de question je sautais dans la douche pour me passer un coup sur le visage, j’ai pas envie de faire fuire ma Bev à peine qu’elle arrivera.

   Un petit coup de shampoing rapidement, tant pis si mes cheveux resteront mouillés, au moins ils seront propres. En sortant je repassais devant le même miroir en faisant un sourire satisfaite de moi. J’enfilais rapidement une culotte propre qui trainait et un mini short, pas beaucoup plus large que la culotte.

   J’attrapais un bandeau que j’enfilais autour de ma poitrine, contente finalement d’avoir des petits seins pour pouvoir enfiler ce genre de truc tout en restant à l’aise. J’envoyais un baiser à mon reflet dans le miroir tout en me coiffant, séchant mes cheveux, contente de ressembler un minimum à quelque chose.

   Trépignant d’impatience, je regardais par la fenêtre de la salle de bain quand je reconnaissais ma copine qui descendait d’une voiture. J’avais tellement hâte que je terminais mon ouvrage avant de foncer vers la porte d’entrée. J’ouvrais ma porte pour trouver la blonde prête à toquer quand je me précipitait pour la prendre dans mes bras.

- Hiiii !!!

   Je dépose un bisou sur ses lèvres, sans presser le baiser, comme j’embrassais une copine que je n’ai pas vu depuis longtemps avant de la serrer contre moi. Je me reculais en sautant d’un bond en arrière pour la regarder avec enthousiasme de la tête au pied.

- Ma chérie, j’arrive pas à croire que t’es ici ! Regarde toi, t’es magnifique.

   Elle avait même ce petit chien tout mignon avec elle que j’approchais pour venir caresser la tête avec un doigt. C’était comme à l’époque, j’avais l’impression d’être une gamine et que j’allais pouvoir revivre ces années qui me manquait tant. Attrapant la main de la blonde je la tirais de force à l’intérieur en sautillant.


- Vient vient vient ! Je vais te faire visiter.

   J’avais trop hâte de lui montrer mon chez moi, notre chez nous même jusqu’à nouvel ordre. Si elle comptait rester en ville, on pourrait se chercher un appart plus grand pour toutes les deux, rien qu’à l’idée j’étais excitée comme une puce. Je tourbillonnait dans le couloir en dirigeant Beverly jusqu’à ce coin salon en la questionnant à la façon d’une mitraillette d'enthousiasme.

- Tu vas bien ? Tu va rester longtemps en ville ? Tu veux boire quelque chose ?

Voir le profil de l'utilisateur
Beverly Limouze Hamilton
avatar
Entraîneuse des Cheerleading
Féminin
Messages : 51

Mer 23 Mai - 11:34


On fait la fête pour fêter ça?
Beverly ξ Arabella


Je suis contente d'être de retour à San Francisco, mais j'ai peur de ce que cela va impliquer. Évidemment, mon premier et plus gros problème reste et sera toujours Micah. Je veux qu'il signe ces foutu papier de divorce, mais il ne veut rien entendre. J’espère être capable de le faire changer d'avis, de lui faire comprendre que c'est autant pour lui que pour moi que je souhaite en finir avec ce mariage qui n'aurais jamais du avoir lieux.

Quoi qu'il en soit, San Francisco n'est pas que signe de négativité, car je vais aussi y retrouver des amies qui m’ont manqué et que j'ai du abandonné malgré tout, à mon départ de cette ville... un an déjà... pourtant j'ai l'impression que je marchais dans ces mêmes rues, hier encore.

Enfin certaine chose ont changer, aujourd'hui je suis maman d'une petite Chanel toute mignonne, qui grimpe une à une les marches de l'escalier pour rejoindre l'appartement d'Arabella qui nous attends un peu plus haut.  Nous sommes a peine devant sa porte, que celle ci s'ouvre à la volait et telle une folle surexcité, Ara saute dans mes bras. Heureusement, j'ai le temps de prévoir le coup, de lâcher ma valise et de la réceptionnait.

Hiiii !!!

J'ai un sourire immense, réceptionne son baiser de bienvenue. Elle dégage un aura de surexcitation qui doit illuminer toute la ville... ou au moins une bonne partie de son patté de maison. J'éclate de rire, tout comme elle, quel plaisir de la retrouvait, j'ai l'impression de ne pas l'avoir quitter, même si ce petit pincement au cœur que ces retrouvailles me provoque, me rappelle le contraire.

Ma chérie, j’arrive pas à croire que t’es ici ! Regarde toi, t’es magnifique.

« et toi alors »

J'attrape ses mains dans les miennes, mon regard la parcours de haut en bas. Elle est jolie, elle prend toujours autant soin d'elle et ce sourire éclatant.. je suis tellement ravie que ce soit pour moi, cela me prouve que je ne me suis pas tromper à son sujet et je regrette aussitôt de ne pas lui avoir donner plus de temps avant mon départ et plus de nouvelle pendant mon absence.

Nos mains se lâchent, Chanel attire son attention en sautillant sur ses deux pattes arrière en quête de caresses qu'Arabella lui fait le plaisir de lui offrir. Elle est si mignonne, je parle de ma chienne, comment ne pas craquer en la papouillant par-ci par-là.

Vient vient vient ! Je vais te faire visiter.

J'attrape à la volait ma valise, lorsqu'elle m'attire à l'intérieur de son appartement. Je manque d'ailleurs de rouler sur Chanel qui traîne un peu devant la folie de notre amie.

« Attend attend !! laisse moi au moins prendre mes affaires »

j'éclate de rire, alors que je franchie le palier de l’appartement, je dépose ma valise dans un coin, alors que Chanel elle s'aventure déjà partout dans la pièce pour renifler tout ce qui est reniflable. Chaussure, meuble, fauteuil, tout y passe.

J'avance dans le salon, attirait par Arabella, nos sourires ne nous quittes pas une seconde et son excitation non plus d'ailleurs. Je pouffe de rire à cette pensée, puis elle m’interrompt en me questionnant sur mon retour en ville.

Tu vas bien ? Tu va rester longtemps en ville ? Tu veux boire quelque chose ?

« Je veux bien boire quelque chose de frais si tu as »

Je la regarde s'éloigner vers son petit coin cuisine, alors je décide de la suivre, tout en observant son logement ou elle accepte si gentiment de me recevoir.

« Pour le moment je ne sais pas encore combien de temps je suis là et si je vais rester, mais je dépanne Monsieur Hamilton avec les Pompom Girl de l'université, les Wellcat's ont besoin d'une entraîneuse et Tadaaaaam » j'ouvre grand les bras en dirigeant les mains vers moi « et je suis là »

Je pouffe de rire avant de reprendre.

« ça me permettra de revoir Micah pour... régler certaine chose. Enfin bref, merci de me recevoir. T'as l'air bien ici. Ça fais longtemps que t'as arrêté l'université ? »

j'étais curieuse de savoir ce que devenais mon amie, depuis quand elle avait arrêter ou fini ses études, ce qu'elle envisager de faire à présent. J'imagine que s'en était de même pour Arabella. Nous avions pas mal de chose à nous racontais... la soirée... nuit promet d'être très longue.
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella Sandova
avatar
Membre des Zeta Bêta
et Chef Pom-Pom
Féminin
Messages : 78

Ven 25 Mai - 11:22

On fait la fête pour fêter ça 
 
Arabella 
Sandova 
PV 
Beverly 
Hamilton 




   Elle était ici, dans mon appartement ! Je regardais celle qui m’avait laissé les rênes de l’équipe de pompom et j’étais ravie de la voir toujours aussi belle. Je crois même que l’année passée loin de San Francisco lui avait été bénéfique, elle semblait différente, plus femme que jamais. Je lui souriais en la faisant rentrer sans cacher mon enthousiasme.

« et toi alors »

   Beverly avait toujours su galvaniser les filles de l’équipe, chaque fois qu’elle me faisait un compliment de sa bouche à elle ça semblait toujours plus sincère. Quand elle posait les yeux sur moi, je marquais un temps d’arrêt en prenant une petite pose, plus enfantine que sexy, je lui faisais même une petite grimace avant de tirer la langue en riant.


- Moi c’est normal, c’est de naissance !

   Surtout j’étais contente de la voire, la vérité c’est que je me sentais un peu seule depuis plusieurs mois, et qu’aujourd’hui j’avais un trop plein d’énergie canalisée à libérer. Je regardais son petit chien qui était juste trop mignon et lui faisait les yeux doux en imaginant que c’était surement l’animal le plus heureux de la terre.

   TToujours pleine d’énergie je la faisais entrer en la tirant par la main pour lui expliquer que je voulais l’emmener dans chacune des pièces pour lui faire visiter. Je ne sais pas combien de temps elle avait prévue de rester là, mais j’avais envie qu’elle soit chez elle.

« Attend attend !! laisse moi au moins prendre mes affaires »

   En y réfléchissant, on n’avait jamais été toutes les deux sous le même toit. J’ai intégré la Zeta et récupéré la chambre de Beverly quand elle est partie. Le pire c’est qu’elle était partie quand on commençait seulement à lier quelque chose de fort, et c’est aussi pour ça que j’étais si contente de la retrouver maintenant.


- Pose ce que tu veux, où tu veux, tu es chez toi ma belle.

   Rapidement je la laissais prendre ses aises, et lui proposait à boire en ayant déjà un pied dans la cuisine parce que j’espérais qu’elle ne dirait pas non. Par contre je n’avais pas prévu qu’elle viendrait, alors je n’ai pas fait de course en conséquence. J’ouvrais le frigo en sortant deux soda, ceux que j’avais l’habitude de boire quand je prenais autre chose que de l’eau.

« Je veux bien boire quelque chose de frais si tu as »


- J’ai pas grand-chose, j’espère que ça ira

   Il n’y a jamais eu d’alcool chez moi, à part une ou deux fois dans les soirées étudiantes, mais toujours rarement, je n’ai jamais aimé l’alcool ou ce qui s’en rapprochait. Je sortais deux verres que je posais sur le plan de travaille en hauteur derrière elle, et j’ouvrais la première canette de soda pour la verser en partageant dans les deux verres.

« Pour le moment je ne sais pas encore combien de temps je suis là et si je vais rester, mais je dépanne Monsieur Hamilton avec les Pompom Girl de l'université, les Wellcat's ont besoin d'une entraîneuse et Tadaaaaam »

   J’écoutais mon amie me raconter son arrivée en ville, en tout cas elle avait l’air content d’être revenue. Entraineuse, je souriais en me souvenant qu’on avait pu en faire baver à l’époque à notre ancienne entraineuse.

« et je suis là »

- Ouiii ! Là avec moi

   Les deux verres remplis à moitié, j’en tendais un à Beverly en continuant de l’écouter. J’avais encore un peu de mal à réaliser qu’elle était là comme elle venait de le dire. Mais si, elle était là, en face de moi et j’allais en profiter. Appuyée sur le coin du plan de travaille comme si c’était un petit bar par très haut, je restais attentive au récit de la jolie blonde.

« ça me permettra de revoir Micah pour... régler certaine chose. Enfin bref, merci de me recevoir. T'as l'air bien ici. Ça fais longtemps que t'as arrêté l'université ? »

- Micah ! Je l’avais presque oublié … Il y avait pas eu une histoire de mariage avant que tu disparaisse ?

   Quand mon amie avait décidé de quitter la ville, je n’avais jamais réellement su ce qui était arrivé. Je sais que c’est parfois compliqué de parler quand c’est trop frais, alors je n’avais pas insisté. Pourtant je me souvenais l’avoir vue un peu avant son départ, à la fois troublée, mais heureuse de me parler d’un mariage à Las Vegas. Je la poussais alors avec un coup de poing gentil contre son épaule en fronçant mon regard.

- Un mariage où j’étais même pas invitée !!

   Ça aurait été une fête incroyable, quand je pensais au mariage de Bev, j’imaginais des farandoles de pompom girl, avec les filles on lui aurait préparé le plus beau mariage dont elle aurait pu rêver. Mais à en juger par son départ trop soudain, je comprenais que tout ça restait délicat comme sujet.

   De toute façon entre copine on pouvait tout se dire, non ? J’essayais de sourire, un sourire que j’aurais aimé communicatif pour montrer à ma voisine que j’étais là pour elle. J’attrapais sa main entre les deux miennes et je lui offrais des yeux de biches avec mon air le plus innocent du monde.

- J’ai pas arrêté, enfin, depuis mon diplôme secondaire, j’ai limité mes cours à deux par semestres. J’ai dû me mettre à travailler plus régulièrement pour mon appart tout ça, et puis j’essaie des auditions autant que je peux, mais du coup j’ai dû rendre ton uniforme de capitaine, je passe juste de temps en temps pour les encourager.

   En faisant basculer ma tête sur le côté pour remettre mes cheveux en place, je finissais par réorganiser tout ça avec une main, gardant l’autre avec celle de Beverly. Si j’avais su qu’elle rentrerait, j’aurais continué surement les pompom, mais sans elle c’était devenu tellement plus pareil.

- C’est moi qui ai choisi la nouvelle capitaine, tu verras elle est très dynamique. Peut-être un peu bêcheuse, mais elle semblait forte et puis les autres la suivent.

Voir le profil de l'utilisateur
Beverly Limouze Hamilton
avatar
Entraîneuse des Cheerleading
Féminin
Messages : 51

Mer 30 Mai - 9:09


On fait la fête pour fêter ça?
Beverly ξ Arabella


Je pense qu'Arabella est encore plus excité que moi de ces retrouvailles. C'est agréable de la voir comme ça, car franchement à aucun moment j'aurais cru que quelqu'un serait ravie de me revoir. Faut bien l'admettre, je n'ai jamais été un petit ange tout mignon au City Collège. J'ai fais versé beaucoup d'encre dans le journal de l'université, concernant certaines filles que je n'appréciais pas. C'était de bonne guerre, car dés qu'elles en avaient l’occasion, elles se vengeaient à leur tour, d'une façon ou d'une autre.

Qu'importe, malgré tout je ne garde que de bon souvenir de l'époque de mes études et si c'était à refaire, je resterais la même, car encore aujourd'hui, je suis cette même jeune fille, j'ai la tête sur les épaules, je sais ce que je veux, quand et ou ! Puis ce côté petite peste me suis depuis ma plus tendre enfance, peut être que si j'aurai eu une famille comme tout le monde, je ne serais pas là même aujourd'hui, mais la question ne se pose pas, car de toute façon elle restera sans réponse.

Pose ce que tu veux, où tu veux, tu es chez toi ma belle.

Une fois rentrée dans l'appartement de mon amie, je dépose mes affaires dans un coin pour que ma valise ne nous embêtes pas, Chanel en profite pour faire le tour du propriétaire, un peu comme moi qui rejoins Arabella dans le coin cuisine et Salon ou elle se trouve.

J’ai pas grand-chose, j’espère que ça ira

« T'en fais pas, même un verre d'eau fera l'affaire »

Je la regarde de l'autre côté du passe plat ou elle s'agite pour nous préparais de quoi boire. Elle à la main qui tremble d'excitation. Je souris, puis m'approche du passe plat ou je m'appuie pour pouvoir la regardait, tout en profitant pour répondre à ses questions sur ma venue à San Francisco. Combien de temps je serais ici ? Aucune idée pour le moment. Pourquoi je suis ici ? Sans doute pour de mauvaise raison si on y pense. Je lui parle aussi de mon nouveau job, ça par contre j'en suis vraiment fière, j'aurai tout donner pour avoir ce genre de place, ça m'étais comme tomber du ciel que mon ex beau père chercher justement une entraîneuse pour son équipe. Parfois le destin semble positif avec moi... mais qu'es que cela me demandera en échange ?

Micah ! Je l’avais presque oublié … Il y avait pas eu une histoire de mariage avant que tu disparaisse ?

J'attrape le verre de soda qu'elle me tend tout en la remerciant puis roule légèrement des yeux lorsqu'elle souhaite en savoir un peu plus sur notre dernière fois ou l'on a justement parler de cette tête blonde qui me servais encore de petite amie il y a peu.

« J'aimerais bien être capable de l'oubliais moi personnellement... mais bon... »

J'hausse les épaules en reprenant.

« Ouai on en parler à ce moment là... mais il a très vite oublier son idée, j'imagine que je peu remercier Riley pour ça »

J’amène le verre de soda à ma bouche et savoure la boisson aussi fraîche que pétillante qu'elle m'a préparer.

Un mariage où j’étais même pas invitée !!

Arabella me donne un coup dans l'épaule que je réceptionne sans broncher. Je lui adresse un sourire.

« Si il aurait eu lieu je t'aurais invité, celui pour Las Vegas c'était... pas la même chose, moi même j'étais pas vraiment sur d'être à mon mariage »

Je pouffe de rire en repensant à cette folle idée de mariage pendant notre petite escapade. C'était un bon week end, une cabane romantique, de l'alcool à souhait... une bague et un mariage, wahoo.. quel folie ! Nous n'avions rien prémédité, c'était sans doute une part énorme de folie que l'on retrouver dans notre couple. Cela me plaisais, me plairais encore d'ailleurs si j'étais toujours à ses côtés.

« j'ai l'impression que tout cela est loin derrière moi aujourd'hui. Je l'ai justement revue tout à l'heure, mais il refuse de signer les papiers du divorce... il ne veut rien entendre sur le sujet, pourtant je n'ai pas envie qu'il se croit obliger d'être mon mari à cause d'une bêtise faite sous l'alcool. J'ai bien compris que ce n'étais pas moi qu'il voulait... enfin si, juste pour recoller les bouts cassaient. »

Je soupire, boit à nouveau dans mon verre, puis la questionne aux sujets de ses études. Es qu'elle a arrêter ? Travaille-t-elle ?

J’ai pas arrêté, enfin, depuis mon diplôme secondaire, j’ai limité mes cours à deux par semestres. J’ai dû me mettre à travailler plus régulièrement pour mon appart tout ça, et puis j’essaie des auditions autant que je peux, mais du coup j’ai dû rendre ton uniforme de capitaine, je passe juste de temps en temps pour les encourager.

Je l'écoute donc me racontais tout cela, je suis attentive à chaque détail qu'elle me donne, étude, travail, routine de la vie, passation du rang de Chef Pompom.

C’est moi qui ai choisi la nouvelle capitaine, tu verras elle est très dynamique. Peut-être un peu bêcheuse, mais elle semblait forte et puis les autres la suivent.

« Oui j'ai pu la rencontrait aujourd'hui, elle semble faire un bon boulot, tu ne t'es pas tromper dans ton choix. On dirait une mini moi, aussi jolie que peste »

Je pouffe de rire avant de reprendre.

« Tu travaille toujours à la boutique de glace ou tu étais en job étudiant ? Les castings ça doit être prise de tête... y'a tellement de monde dans ce genre d'endroit. Faut que tu te démarque une fois sur place, que tu imposes ta personne d'une façon ou d'une autre. Tu as du remarqué qu'il y en a toujours un ou une pour s'imposer avec un style atypique, c'est souvent eux qui font parler, car ils attirent le regard, laisse une trace dans la tête des gens. Faut que tu trouve quelque chose qui te représente sur chacun de tes castings, je suis sur que ça t'aiderais beaucoup »

Ce monde est dur, mais pire encore d'y laisser sa plume. Même si je ne fais pas de casting pour la chanson, dans mes compétitions de pompom rien n'est laisser à la chance. Tout ce calcule et se prépare à l'avance, même les coups bas des équipes adverses, on reste sur le qui vive.
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella Sandova
avatar
Membre des Zeta Bêta
et Chef Pom-Pom
Féminin
Messages : 78

Mar 12 Juin - 20:11

On fait la fête pour fêter ça 
 
Arabella 
Sandova 
PV 
Beverly 
Hamilton 




   Bev était dans ma cuisine, et j’étais encore toute retournée. Finalement j’étais un peu prise au dépourvue, je n’avais pas grand-chose à lui proposer, même si je ne m’étais jamais beaucoup gênée avec mon amie. Je sortais ce que j’avais du frigo pour nous préparer un verre chacune, juste de quoi se rafraîchir les idées.

« T'en fais pas, même un verre d'eau fera l'affaire »

   Je laissais ma copine prendre place à côté et me raconter ce qu’elle avait vécue, du moins, ce qui l’a remmenait ici. J’étais étonnée de l’entendre parler à nouveau de ce garçon blond qu’on avait connu au lycée. Je savais qu’elle avait le béguin pour lui, et je me rappelais même d’un plan mariage, mais ça paraissait tellement loin que j’avais presque oublié tout ça.

« J'aimerais bien être capable de l'oubliais moi personnellement... mais bon... »

- Je suis désolée, je savais pas que c’était au point là …

   Les garçons, quelle plaie … il vaut mieux rester entre fille, c’est moi qui vous le dis. J’avais donné son verre à Beverly, et je la laissais me transporter à nouveau dans ces années où j’étais encore une pompom girl émérite. C’est à ce moment là que je me rendais compte que j’étais peut être un peu égoïste. Si je fourrais mon nez partout, je ne m’étais jamais assez intéressée à quelqu’un pour en garder des souvenirs à long therme, enfin à part Beverly.

« Ouai on en parler à ce moment là... mais il a très vite oublier son idée, j'imagine que je peu remercier Riley pour ça »

   Riley … C’était une fille du glee club ? Ouai je crois que je m’en souviens, une coincée, mais qui avait le dont pour attirer les mecs malgré elle. Enfin, moi ça m’allait bien, c’est pas comme si j’aurais voulu sa place. J’étais contente de ma vie, même si elle manquait cruellement de passion depuis qu’Hailey avait disparue.

« Si il aurait eu lieu je t'aurais invité, celui pour Las Vegas c'était... pas la même chose, moi même j'étais pas vraiment sur d'être à mon mariage »

- Hey !

   Comment est ce que j’avais pu manquer ça ? Je ne m’étais jamais aperçue que mon amie était triste à ce point, même quand elle a quitté la ville, je ne l’avais pas retenue. Est-ce qu’elle aurait aimé que je le fasse ? Je m’approchais d’elle pour poser ma main sur la sienne, essayant de l’amadouer avec mon regard de petit chat un peu triste.

« j'ai l'impression que tout cela est loin derrière moi aujourd'hui. Je l'ai justement revue tout à l'heure, mais il refuse de signer les papiers du divorce... il ne veut rien entendre sur le sujet, pourtant je n'ai pas envie qu'il se croit obliger d'être mon mari à cause d'une bêtise faite sous l'alcool. J'ai bien compris que ce n'étais pas moi qu'il voulait... enfin si, juste pour recoller les bouts cassaient. »

   J’écoutais la suite de son histoire, comme j’aurais dû le faire avant qu’elle parte. Je ne connaissais pas Beverly si bien que ça finalement, en tout cas pas assez pour l’appeler pendant des heures et parler de garçon avec elle. A part les pompom girl on avait jamais vraiment eu de sujet de conversation toutes les deux, mais ça pourrait changer.

- Je suis désolée, je savais pas … enfin, tout ça … je croyais que tu étais partie parce que … … pfff, je suis nulle comme copine, t’es partie, et je t’ai jamais demandé pourquoi.

   Est-ce que le mot copine nous caractérisait ? Elle m’avait laissé sa place quand elle est partie, et puis il y avait cette fois où on avait fait plus qu’échanger nos sous vêtement toutes les deux. Mais je ne sais pas si j’avais mérité sa confiance, j’avais l’impression qu’il nous restait pas mal de sujet à dégrossir avec la pompom girl.

   Micah serait peut être ce sujet qui nous aiderait à nous rapprocher, j’en avais envie. Je restais attentionnée, et finissais par lui parler de moi quand elle me demandait. Ma vie n’était pas spécialement intéressante, mais la vérité c’est que j’aimais quand même bien parler de moi et des autres pompom.

« Oui j'ai pu la rencontrait aujourd'hui, elle semble faire un bon boulot, tu ne t'es pas tromper dans ton choix. On dirait une mini moi, aussi jolie que peste »

- Une mini toi ! Avec une mini poitrine alors

   Beverly commençait à rire et je la suivais, en profitant pour faire un compliment sur les atouts de ma voisine auxquels j’avais déjà pu gouter une fois. J’adorais sa poitrine, je la jalousais tellement aussi, même si je ne l’avouerais jamais, j’avais toujours été complexée à l’idée d’avoir des petits seins toute ma vie.

« Tu travaille toujours à la boutique de glace ou tu étais en job étudiant ? Les castings ça doit être prise de tête... y'a tellement de monde dans ce genre d'endroit. Faut que tu te démarque une fois sur place, que tu imposes ta personne d'une façon ou d'une autre. Tu as du remarqué qu'il y en a toujours un ou une pour s'imposer avec un style atypique, c'est souvent eux qui font parler, car ils attirent le regard, laisse une trace dans la tête des gens. Faut que tu trouve quelque chose qui te représente sur chacun de tes castings, je suis sur que ça t'aiderais beaucoup »

   EElle avait l’air de sincèrement s’inquiéter pour moi, j’écoutais Beverly me donner des conseils comme si elle savait de quoi elle parlait. Est-ce qu’elle avait déjà fait ça ? Je souriais, et me reculais pour faire une espèce de révérence sur place avant de me montrer avec mes deux pouces dans ma direction pour faire mon plus beau sourire de scène.

- Tu rigoles ? Que je me démarque ! Regarde-moi, je suis Arabella ! C’est les autres qui doivent avoir peur !

   Avec un geste de la main, je lui envoyais un baiser comme le ferait une star un peu trop imbue d’elle-même, et puis je finissais par me reculer, adossée au dos du canapé en riant. Je n’avais jamais manqué de confiance en moi, et puis de toute façon je n’allais pas supplier pour avoir un rôle, celui qui me voudrait devrait savoir ce qu’il fait avant de m’engager.

- Sinon ouai, je suis toujours avec Lena, elle m’a donné ma chance avec des heures en plus, sans elle je sais pas comment je ferais.

   Lena c’était la femme la plus importante que j’avais rencontré à San Francisco, c’était presque comme une deuxième maman pour moi. J’essaie de le lui rendre en travaillant bien, mais il fallait avouer que je continuais à faire des bêtises au magasin. Mais malgré tout, elle continuait à les essuyer avec moi, en disant que les clients m’aimaient bien.

- Ça se passe bien, c’est pas Broadway, mais ça me plait, même que des fois je me donne en spectacle sur place !

   C’était le soir, avant qu’on ferme les portes je pouvais me lâcher un peu, et aussi sans les clients, avec la petite princesse de Lena, je crois qu’elle aimait bien m’écouter chanter. Je regardais le plafond pendant quelques secondes sans rien dire, pensive, et puis je me rapprochais à nouveau de Beverly pour lui prendre les deux mains.

- Tu as l’air épuisée, je sais ce qui te fera du bien.

   Je roulais des yeux en tirant la blonde par ses deux mains. En sautillant sur place je voyais son petit chien qui me regardait comme si j’étais une folle. Je souriais à l’animal, relâchant sa maitresse pour venir taquiner le ventre de notre colocataire poilu. Je n’avais pas l’habitude aux animaux, mais ça n’avait pas l’air si compliqué que ça.

- Viens, je vais te faire couler un bain !

   Si mon appartement était un peu petit pour deux, j’étais quand même contente d’avoir une baignoire rien qu’à moi pour me délasser quand je rentrais du travail. Faisant signe à Bev de la tête pour lui montrer que c’était dans la pièce d’à côté, je glissais sans lever beaucoup les pieds jusqu’à la salle de bain pour tourner les robinets de l’eau que je jaugeais à la température que je met d’habitude.

Voir le profil de l'utilisateur
Beverly Limouze Hamilton
avatar
Entraîneuse des Cheerleading
Féminin
Messages : 51

Sam 23 Juin - 10:25


On fait la fête pour fêter ça?
Beverly ξ Arabella


J’étais tellement ravie de la retrouvais. Arabella est toujours de bonne humeur, je me demande toujours comment elle fait. A l’université, il lui arrivait d’être détesté des autres filles, surement à cause de sa joie constante, mais aussi de son franc parler. Elle vous fait immédiatement savoir quand quelque chose ne va pas, j’ai parfois l’impression qu’elle parle sans réfléchir, que les mots quittent sa bouche sans être passer par la case Cerveau et les filtres qu’il peut instaurer lorsqu’il vous dis “non non ne dis surtout pas ça” ou au contraire “ vas y ça tu peux le dire” non Arabella, elle dit tout ce qu’elle pense, que ça te plaise ou non !

Elle a surement du se faire des ennemies car c’est le genre de comportement que n’apprécie pas souvent les gens, faut carrément dire que ça leur fait peur. Vous imaginez vous si leurs petits secret venaient à être divulgué? alors qu’ils se donnent tellement de mal à les cachaient à d’autres? Tiens d’ailleurs je me demande si elle avait déjà vu, par le passé, Micah avec d’autres filles? j’imagine qu’elle m’en aurais parler… à moins que je ne me trompe?

Quoi qu’il en soit, nous parlons bien sur de ma relation avec Micah, de certains détails que j’aurais peut être dû lui parlait à l’époque. Sans doute que cela m'aurait fait du bien et que je n’aurais jamais quitter San Francisco, allez savoir. Sauf que dans cette période un peu trop noir a mon gout, je pense que personne n'aurait pu faire en sorte de panser mes blessures.

Je suis quelqu’un qui agit comme ça, je prend la fuite pour me soignais, puis je reviens quand je me sens guérie. Evidemment, il aura suffit de revoir Micah pour foutre en l’air tout le boulot accomplie, car je sens déjà mon coeur qui saigne à l’intérieur de ma poitrine, mais désormais c’est à moi de faire en sorte que cela me rend plus forte. Je sais que c’est possible.

- Je suis désolée, je savais pas … enfin, tout ça … je croyais que tu étais partie parce que … … pfff, je suis nulle comme copine, t’es partie, et je t’ai jamais demandé pourquoi.

Arabella tient mes mains dans les siennes et pour la rassurait, je reproduis son geste, entourant cette fois ses mains des miennes. Je trouve son regard avant de lui dire, le plus honnêtement possible.

“Ne t’en fais pas, même si tu l’aurais fais, je ne t’aurais sûrement pas répondu. Ne t’en veux pas en croyant ne pas avoir agit comme il fallait. C’est du passé désormais et si je suis ici, avec toi, c’est bien que ton comportement ne m’a nullement blessé. Je t’aime beaucoup Arabella.”

Pourquoi lui en vouloir? j’avais pire à détesté dans ma tête. Puis chacun à aussi ses propre problèmes à gérer. Alors non je n’en voulais pas à l’unique amie qui me restait à San Francisco.
Pour changer de conversation et virer Micah loin de moi pour le moment, nous parlons des pompom Girls, lui confirmant qu’elle avait fait le bon choix en recrutant une Mini moi à la tête de l’équipe…

- Une mini toi ! Avec une mini poitrine alors

Bon d’accord une mini moi à petite poitrine. L’idée me fais rire et déjà la bonne humeur et les sourires sont de retour dans le petit appartement de mon amie. Oh oui, je ne regrette absolument de m’être tourner vers elle ce soir. Car elle me fait le plus grand bien.

Décidant qu’on avait assez parler de moi, je tourne le sujet de conversation sur ma nouvelle colocataire, voulant tout savoir des changements dans sa vie. Job, université, relation. Je veux qu’elle me parle de tout. Elle me partage alors ses recherches en casting, je me permet de lui donnait quelques petits conseils qui j'espère lui seront judicieux. Je la regarde alors faire sa révérence et mon sourire s'élargit de nouveau. Elle alors… si elle n’existait pas, il faudrait carrément l’inventais, je vous assure.

- Tu rigoles ? Que je me démarque ! Regarde-moi, je suis Arabella ! C’est les autres qui doivent avoir peur !

“Tu as raison”

Nous rions toutes deux, avant qu’elle reprenne son sérieux, pour me parlait de son job au Ice Cream.

- Sinon ouai, je suis toujours avec Lena, elle m’a donné ma chance avec des heures en plus, sans elle je sais pas comment je ferais.


Cela fait un moment maintenant qu’elle y bosse et je suis ravie de voir qu’elle semble ci plaire toujours autant.

- Ça se passe bien, c’est pas Broadway, mais ça me plait, même que des fois je me donne en spectacle sur place !

“Oh c’est génial ! promis le prochain spectacle que tu donneras, je serais présente”

J’avais hâte de la découvrir, de l’entendre, mais aussi et surtout de la soutenir dans ses projets. J’ai changé je pense depuis mon départ à San Francisco. Maintenant je m'inquiète du bien être des gens qui m’entoure. Je leur apporte mon amour, mon soutien… sans doute car quand moi j’en ai eu besoin, personne n’a était là pour m’en fournir. Alors si aujourd’hui j’offre ma dose d’amour, sûrement que les autres me rendrons l’a pareil?

- Tu as l’air épuisée, je sais ce qui te fera du bien.

Arabella me sors de ma petite rêverie. Je pose les yeux sur elle, puis la laisse me levais du fauteuil ou nous étions pourtant si bien installer.

“Ah bon?”

je me demande ce qu’elle me réserve, mais j’ai surtout hâte. Je termine mon verre, puis attrape celui d’Arabella une fois vider pour les mettre tous les deux dans l’évier de la cuisine, devant lequel nous passons en nous rendants, Chanel derrière nos pieds, vers la salle de bain.

Viens, je vais te faire couler un bain !

“ça c’est une idée de génie Ara”

Nous arrivons dans sa salle de bain que je découvre par la même occasion. sa baignoire sera bien assez grande pour nous accueillir tous les deux. Alors que l’eau commence à la remplir, je prend la direction de la sortie de la pièce, posant mes mains sur le bâti de porte, le corps hors de la pièce.

“J’arrive, on va se prendre un bain à deux, y’a bien assez de place là dedans. mais j’ai deux trois trucs dans ma valise, qui vont nous aidait à nous relaxer”

N’ayez pas d’idée cochonne, je parle juste de quelques produits à ajouter dans l’eau et que je trimballe partout avec moi. J’ouvre ma valise, accroupie devant elle, je sais exactement où chercher. J’attrape une boule de bain qui colorera l’eau, puis une autre qui créera quelques bulles relaxante, ainsi que du sel de bain parfumé.

"Parfait !”

Je reviens dans la salle de bain, sans avoir oublié de prendre de quoi me mettre a l’aise à la sortie du bain. J’avance vers la baignoire, puis met dedans le sel de bain qui immédiatement envahit nos narines d’une délicieuse odeur sucré.

“Hmm j’adore ce parfum”

Je ferme les yeux en humant l’odeur, tout en ouvrant la boule de bain coloré, que je dépose dans le fond de la baignoire. Je montre alors la dernière boule que j’ai dans mes mains à Ara.

“Celle ci, c’est une fois dans l’eau, rien de tel pour nous détendre, tu verras, tu vas tomber accroc à toutes ces bricoles après”

Je pouffe de rire, puis me redresse. Mon pyjashort déposer sur un meuble de sa salle de bain, je commence à me dévêtir, ayant plus que hâte de me retrouvais dans un bon bain chaud relaxant.

“ça m’a cruellement manqué ce genre de soirée Girly”

Voir le profil de l'utilisateur
Arabella Sandova
avatar
Membre des Zeta Bêta
et Chef Pom-Pom
Féminin
Messages : 78

Mar 7 Aoû - 17:07

On fait la fête pour fêter ça 
 
Arabella 
Sandova 
PV 
Beverly 
Hamilton 




   Beverly était ce qui se rapprochait le plus d’une meilleure amie dans mon entourage. Si je voulais être objective sur moi-même, je pourrais dire que je n’avais pas beaucoup d’amie, et pourtant ça n’était pas faute d’être gentille avec les gens. Alors quand j’essayais de faire comprendre à mon amie blonde que je m’en voulais, j’étais totalement émue par sa déclaration.

“Ne t’en fais pas, même si tu l’aurais fais, je ne t’aurais sûrement pas répondu. Ne t’en veux pas en croyant ne pas avoir agit comme il fallait. C’est du passé désormais et si je suis ici, avec toi, c’est bien que ton comportement ne m’a nullement blessé. Je t’aime beaucoup Arabella.”

   Un sourire s’étendait sur mes lèvres, même si je n’étais pas sûr de le mériter. Je ne pouvais pas m’empêcher de passer mes mains autour d’elle pour venir l’entourer et la presser contre moi avant de passer à la suite. Un geste naturel, je prenais facilement les autres dans mes bras même si peu appréciait les câlins à leurs justes valeurs.

   Je voulais lui dire que je l’aimais aussi, et que si nous n’avions pas toujours été proche, pas autant que j’aurais voulu l’être pour elle, je voulais qu’on rattrape tout ça. Mais les mots avaient du mal à traverser la barrière de mes émotions, pourtant c’était si facile à dire d’habitude. Je me contentais de ce gros câlin, en venant poser mes lèvres sur sa joue.

- Je t’aime aussi !

   Comme une sœur, comme une meilleure amie ? Comme une fille avec qui j’avais déjà fait l’amour ? En vérité c’était confus dans ma tête, même si je sais que pour Beverly, si ça reste trouble, son histoire avec le fils Hamilton n’est pas terminée. Je me contenterais de cette conversation pour en suivre une autre dirigée sur moi.

“Tu as raison”

   J’expliquais à l’ancienne capitaine des pompoms où j’en étais, où en était notre équipe, et ce qu’elle avait pu louper un peu. Rapidement je faisais le tour de ce qu’était devenue ma vie, pas si différente que ça d’avant en réalité. Je lui parlais de Lena, de mes journées là-bas, et même du fait que ça m’arrivait de chanter pour les clients qui n’avaient rien demandés.

“Oh c’est génial ! promis le prochain spectacle que tu donneras, je serais présente”

- Tu rigoles ? La prochaine fois si tu viens tu feras partie du spectacle ! Je te ferai danser sur le comptoir.

   En pointant mon index vers elle, j’appuyais sur les mots qui la désignaient pour qu’elle comprenne à quelle point cette idée me faisait envie. J’adorerais qu’elle vienne me voir, et qu’on partage un instant de gloire éphémère. Ça serait amusant, mais en attendant que ça arrive, il fallait que je m’occupe de ma copine en lui faisant remarqué qu’elle avait l’air fatiguée.

“Ah bon?”

   Nous terminions ce que nous avions laissez dans la cuisine pour passer à la salle de bain où je proposais à Beverly de faire couler un bain dont elle se souviendrait. L’été était arasant, et je n’imaginais que trop bien comme un peu d’eau pourrait faire frémir la blonde, et l’aiderait à se sentir chez elle.

“ça c’est une idée de génie Ara”

   Ça avait l’air de plaire à ma camarade, et j’affichais un sourire fière de moi. Génie, ça aurait pu être mon deuxième prénom, non d’accord je gardais ce genre de réflexion pour moi, mais je n’en faisais pas moins une moue digne d’une Kardashian sans rien dire pour accompagner ce geste désinvolte.

“J’arrive, on va se prendre un bain à deux, y’a bien assez de place là dedans. mais j’ai deux trois trucs dans ma valise, qui vont nous aidait à nous relaxer”

   Je n’ai pas eu le temps de dire quoi que ce soit que ma copine était repartie dans la direction opposée pour retrouver sa valise. Je la laissais faire en surveillant l’eau du bain, plongeant un doigt dans la baignoire pour m’imprégner de la température.

   Elle voulait qu’on prenne un bain toute les deux ? Bon d’accord j’avais imaginé rester ici à la regarder prendre son bain, mais je n’avais pas envisagé entrer dans l’eau avec elle. Je tournais ces idées dans ma tête, même si je sais que c’est un truc qu’on ferait avec sa meilleure amie, je n’arrivais pas à oublier cette fois où nos corps c’étaient mélanger dans une extase qui e donnait encore des frissons.

- Tu as trouvé ce que tu cherchais ?

   La tête relevée vers elle, je la regardais de retour dans la salle, d’un air satisfait. Elle plongeait un truc dans le bain qui venait embaumer d’un seul coup toute la pièce d’une odeur qui était tout sauf désagréable. J’aimais bien prendre soin de moi, mais je n’avais pas l’habitude des spas de luxe, n’ayant habituellement pas de quoi me payer ce plaisir.

“Hmm j’adore ce parfum”

- C’est vrai que ça sent bon !

   Beverly avait l’air encore plus enthousiaste que moi cette fois, je la voyais poser une boule dans le fond de la baignoire et j’observais la réaction colorée avec surprise. On dirait que la pompom girl avait tout prévu dans son sac. Je lui souriais, finalement un peu intimidée dans ma propre maison par tant de nouveauté.

“Celle ci, c’est une fois dans l’eau, rien de tel pour nous détendre, tu verras, tu vas tomber accroc à toutes ces bricoles après”

   Une nouvelle fois je venais passer mon doigt dans l’eau en essayant de voir si mon doigt prenait la couleur, mais étrangement ça restait dans l’eau sans coloré la peau. Je souriais, un peu naïve avant de reporter mon attention sur ma voisine qui se déshabillait. Elle avait posé un pyjama sur un coin de meuble et enlevait le reste de ses vêtements.

“ça m’a cruellement manqué ce genre de soirée Girly”

   J’avais les joues qui commençaient à rougir, c’était étrange parce que d’habitude je ne suis pas aussi intimidée. Est-ce que c’était parce que j’étais restée seule pendant si longtemps ? En y réfléchissant, depuis le départ d’Hailey, Beverly était la dernière femme que j’avais touchée, même la dernière que j’avais vue nue.

- ça m'a manqué aussi, mais je crois que c’est à la vue que je vais devenir accroc …

   Se taper un fixe sur sa copine en train de se déshabiller, c’était normal ou pas ? Je soupirais, avant de baisser les yeux et de commencer à me déshabiller moi aussi. Je n’étais pas longue à enlever ce que j’avais sur moi, et je n’avais même pas penser comme Beverly à préparer de quoi me changer à la sortie du bain.

- Je suis désolée, c’est les hormones. C’est juste que j’ai pas vue de fille nue depuis qu'elle est partie … enfin laisse tombé, et entre vite dans l’eau avant que je ne te viole sur place !

   Je me pinçais les lèvres et finissait par entrer la première dans cette baignoire pleine de couleurs. Je venais plonger la tête dans l’eau en espérant que ça me rafraichirait les idées avant de me pousser pour faire une place à mon amie qui aurait le loisir de me montrer comment fonctionne la dernière boule magique.
Voir le profil de l'utilisateur
Beverly Limouze Hamilton
avatar
Entraîneuse des Cheerleading
Féminin
Messages : 51

Ven 10 Aoû - 12:02


On fait la fête pour fêter ça?
Beverly ξ Arabella


Après un échange de sentiment et de tendresse, nous faisons un rapide tour de la situation actuelle de l’équipe de Pompom Girl de l’université. A mon départ du City college, j’ai fais en sorte de ne pas les abandonnés à n’importe qui, car cette équipe m’a toujours tenue à coeur, c’est ici que j’ai passé mes plus belle année Universitaire, mais aussi lycéenne. Aujourd’hui si je suis de retour à San Francisco, c’est en grande partie pour les WellCat’s.. même si… pas totalement, mais chuuut! c’est entre nous.

Après les Pompons, j'interroge mon amis sur sa petite vie actuelle. Ou elle en est avec ses études, ou son job qu’elle avait déjà à l’époque. Je suis agréablement surprise lorsqu’elle me parle de sa carrière qu’elle essaie de prendre en main. Je suis fière du parcours qu’elle semble suivre, loin de l’étudiante qui adorait faire des problèmes à ses collègues de classe. Pas mal de rumeur tournait à son sujet, certaines étaient un peu trop poussé pour être vrai, je pense, mais après allez savoir.

- Tu rigoles ? La prochaine fois si tu viens tu feras partie du spectacle ! Je te ferai danser sur le comptoir.

“Chiche”

Je vois déjà la scène et c’était clairement amusant à imaginer, je tend ma main et elle tape la sienne dedans, validant officiellement ce pacte pour son prochain concert.
Mais déjà notre soirée prend une autre tournure, mon amie me trouvant trop fatigué à son goût, décide qu’un bon bain me ferais du bien et je dois dire, que j’approuve vraiment sa proposition. Me détendre dans un bon bain sans ne penser à plus rien ne pourrait qu’être bénéfique… surtout ce soir… surtout après avoir revue Micah… cette rencontre m’a vraiment plus chambouler que je ne le laisse savoir.

Une fois l’eau remplissant petit à petit la baignoire, je décide que cela serait égoïste d’être seule dans ce bain, alors je fais une petite proposition à Arabella que je suis sur qu’elle ne refusera pas. Je m’éclipse de la salle de bain pour rejoindre et fouiller ma valise. J’y prend de quoi rajouter une petite touche Girly à notre bain, puis je viens la retrouvait.

- Tu as trouvé ce que tu cherchais ?

“Oui !”

- C’est vrai que ça sent bon !

“C’est que le début”

Je la regarde en souriant, posant la boule de bain dans le fond de la baignoire, immédiatement celle ci se met à faire de petite bulle et la seconde à colorer l’eau de la baignoire qui prend des couleurs d’arc en ciel… ou plutôt de licorne, mêlant le mauve, le rose, le jaune… Je claque doucement dans mes mains, excité comme une puce de ce moment que nous allons passer.

“J’adooore j’adooore !!”

Je me tourne vers Arabella puis pouffe de rire, commençant déjà à retirer mes vêtements.

- ça m'a manqué aussi, mais je crois que c’est à la vue que je vais devenir accroc …

Je la regarde de nouveau, voyant qu’elle ne cesse de me regardais, alors d’un geste de la main, je l’invite à se déshabiller, puis une fois nue, j’entre sans attendre dans ce bain qui me nargue depuis quelques minutes déjà.

- Je suis désolée, c’est les hormones. C’est juste que j’ai pas vue de fille nue depuis qu'elle est partie … enfin laissé tombé, et entre vite dans l’eau avant que je ne te viole sur place !

Je pouffe de rire une nouvelle fois à cette révélation. Je ne trouve rien de choquant à ce qu’elle vient de me dire, mais cela me replonge littéralement dans ce petit moment que nous avons partagé lors de sa vente de sex toy. Mon sourire s'élargit un peu plus, et le rouge me monte aux joues un instant.
Je m’installe les fesses dans le fond du bain avant de répondre à mon amie.

“C’est ça que j’aime chez toi, ce que tu penses tu n’as pas peur de le dire. j’adore ça”

Je pose mon dos contre le bout de la baignoire, a l’opposé d’Arabella, puis je m’interroge au sujet de sa dernière petite amie. Il me semblait qu’elle était en couple peu de temps avant mon départ, et elle semblait aussi très attachée à cette fille.

“Dit moi, il me semble que pendant que j’étais avec Micah tu fréquentais une fille. Qu’es qui s’est passer?”

Voir le profil de l'utilisateur
Arabella Sandova
avatar
Membre des Zeta Bêta
et Chef Pom-Pom
Féminin
Messages : 78

Mer 19 Sep - 15:43

On fait la fête pour fêter ça 
 
Arabella 
Sandova 
PV 
Beverly 
Hamilton 




   En faisant étalage de nos souvenir et surtout de ce que pouvait être devenue nos vies maintenant, j’assurais à mon amie que le jour où elle passerait me voir danser chez Léna je la ferais danser avec moi. L’idée ne semblait pas déranger Bev, et c’est pour ça que je l’aimais tant, c’était sa façon d’être naturelle qui me plaisait chez elle.

   TTellement naturelle qu’elle me proposait de l’accompagner dans cette baignoire que j’avais préparée pour elle. Je devais avouer que l’idée me plaisait beaucoup et que j’étais loin de faire semblant du contraire. Mon amie blonde était aussi enthousiasme que moi et je la regardais frapper dans ses mains avant de se déshabiller.

“J’adooore j’adooore !!”

   Moi c’était elle que j’adorais, son corps nu, sa façon entière même de se mettre à nu dans tous les sens du terme. Je lui faisais part de mes impressions, et des idées qui venaient se bousculer dans ma tête pendant que je l’observais quand elle m’invitait à la rejoindre au plus vite, ce que je finissais par faire.

“C’est ça que j’aime chez toi, ce que tu penses tu n’as pas peur de le dire. j’adore ça”

- Crois-moi, si je te disais tout ce que je pense quand je te regarde, je crois que même toi tu finirais par en rougir !

   Je lui tirais la langue d’une façon amusée avant de la rejoindre dans l’eau. Elle était bonne, (l’eau, et la fille avec moi dedans, mais c’est une autre histoire Very Happy) je soupirais au simple contact chaud sur ma peau en profitant de cet instant divin. Je m’étais positionné en face de Beverly, addossée aussi à mon coin de baignoire en l’écoutant me parler de Hailey.

“Dit moi, il me semble que pendant que j’étais avec Micah tu fréquentais une fille. Qu’es qui s’est passer?”

   L’’ancienne capitaine des pompom girl était curieuse, une curiosité pas dérangeante entre amie, même si ça me faisait du mal de reparler d’elle. Je baissais les yeux sur l’eau colorée, faisant un petit rond avec un doigt dans l’eau pour essayer de faire le point sur cette période où j’étais si détendue.

   Avec Hailey c’était arrivé si soudainement, c’était venu comme ça, une attirance dont je ne me serais pas doutée. Avant elle je ne savais même pas que j’aimais regarder les filles, pourtant c’était une situation pareille à celle que je partageais avec Bev, une découverte de nos corps nu sous la douche.

- Je sais pas trop en vrai. Elle est partie, sans vraiment d’explication.

   Je ne parlais pas de tout avec Bev, mais mon regard triste devait surement lui faire comprendre combien tout ça m’avait affectée. Je n’aurais jamais imaginé avant aimée quelqu’un au point d’en souffrir comme ça.

- J'ai essayé de l’appeler, de prendre des nouvelles, au début c’était encore facile, régulier, et puis avec le temps chaque coup de fil devenait douloureux.

   Comment est-ce qu’on sait quand on aime ? C’était un sentiment à la fois si fragile et si fort. J’essayais de regarder mon amie dans les yeux, mais je sentais les larmes qui me piquaient les miens. La vérité c’est que je n’en avais pas vraiment parler à quelqu’un avant aujourd’hui, je croyais être assez forte pour ne pas en parler, mais je n’avais pas tourné la page.

- Entre elle est moi c’était surtout sexuel. Enfin, quand même, je l’aimais … Elle savait me rendre plus belle, avec elle j'avais l'impression de vivre pour de vrai.

   Tout mon corps tremblait, je revoyais le visage de mon Hailey, son sourire, ses cheveux décolorés qui lui allait si bien. Etrangement ça n’est pas son corps qui me manquait, mais elle, sa présence, tout ce qu’on avait construit. Une larme solitaire longeait ma joue pour venir épouser le liquide massif de la baignoire en une onde qui sonnait le glas de ma tristesse.

- Excuse-moi …

   Je commençais à sangloter, mon regard décontenancé dans celui de Beverly. Je me rapprochais de son coin de la baignoire, sans aucune pudeur, pour venir me blottir instinctivement dans ses bras. Je ne me demandais pas si j’en avais le droit, je ne ressentais même plus cette énergie sexuelle que dégageais nos deux corps nus, j’avais juste besoin de ses bras autour de moi. J’attrapais chacune de ses mains dans les miennes pour les laper autour de moi pendant que je prenais doucement appuis dos contre l’épaule de mon amie.


- Je ne lui ai peut-être pas assez dit. Mais si j’ai le cœur déchiré aujourd’hui, c’est que je l’ai aimé, et que je l’aime plus encore que je ne voudrais m'en convaincre
Voir le profil de l'utilisateur
Beverly Limouze Hamilton
avatar
Entraîneuse des Cheerleading
Féminin
Messages : 51

Lun 24 Sep - 10:45


On fait la fête pour fêter ça?
Beverly ξ Arabella


- Crois-moi, si je te disais tout ce que je pense quand je te regarde, je crois que même toi tu finirais par en rougir !

Ah bon? je suis surprise de l’entendre me dire cela et sans doute que je rougie effectivement un petit chouilla. Mais je m’en fiche, c’est plaisant de savoir que je plais, que ce soit à une garçon ou à une fille. Avant Micah, je n’avais pas de “camp” préférait, j’ai toujours été là ou l’amour m'appelais.

Nous étions maintenant installé dans l’eau bien chaude de notre bain d’amitié, de charmante retrouvaille, avec des conversations de tous genre et surement quelques potins par ci par là, a vrai dire j’avais hâte de savoir ce qu'était devenue certains couple débile de l’université, ou encore certain étudiants qui étaient plutôt intriguant.

Mais avant toute chose, je voulais avoir ou elle en était avec ses amours. pas de Hailey à vue d’oeil, puis je n’avais pas encore entendu ce prénom sortir de la bouche de ma copine, alors qu’avant, elle ne faisait pas trente seconde sans nous ennuyais avec sa si jolie et douce petite amie.

Mais rapidement je regrette ma question. Je vois sa mine s’assombrir, son regard se baisser, sans doute ais-je été trop curieuse, ou trop rapidement. Les histoires de coeur c’est toujours à double tranchant, une personne blessée et l’autre qui vit plutôt bien la séparation pour x raison, j’en présume que pour ce couple ci, c’est Ara’ qui a trinquer.

- Je sais pas trop en vrai. Elle est partie, sans vraiment d’explication.

“Oh!”

Wahoo… quel surprise. Elles semblaient plutôt proche toutes les deux avant mon départ. j’ai du mal à les imaginaient l’une sans l’autre, surtout que Hailey semblait sincère avec Arabella. Es qu’on se serait trompé à son sujet?

- J'ai essayé de l’appeler, de prendre des nouvelles, au début c’était encore facile, régulier, et puis avec le temps chaque coup de fil devenait douloureux.

Je vois les yeux de mon amie rougir, je tend le bras pour atteindre sa main et lui faire savoir que je suis là… quel idiote je suis…

- Entre elle et moi c’était surtout sexuel. Enfin, quand même, je l’aimais … Elle savait me rendre plus belle, avec elle j'avais l'impression de vivre pour de vrai.

Plus je regarde mon amie et plus j’ai l’impression qu’elle se décompose et tout cela est de ma faute.

“Oh non Ara”

- Excuse-moi …

“Non c’est moi qui m’excuse, j’aurais pas dû faire ma curieuse, je suis vraiment désolé”

Je m’approche d’elle sans réfléchir et viens prendre ses épaules pour la ramenaient contre moi. Nos corps sont nue, chaud et intime sur le moment.

“Je suis désolé… parfois on a l’impression d’avoir trouver les bonne personne et puis… on nous les reprend. Ne garde que les bon moment, c’est cela qui doit te faire avancé, elle t’as surement appris des tas de choses positif, tu as changé pendant cette relation, ça t’as rendu, plus sûr de toi et aujourd’hui regarde toi! Tu es magnifique”

Les ruptures, tout comme la mort d’ailleurs, sont des événements que notre coeur à chaque fois plus de mal à encaisser. On pense être fort, d’être passer à autre chose, mais il suffit d’une conversation ou de retrouvaille pour se rendre compte que l’on cache juste nos faiblesse avec un grand sourire. C’est tellement plus facile.

- Je ne lui ai peut-être pas assez dit. Mais si j’ai le cœur déchiré aujourd’hui, c’est que je l’ai aimé, et que je l’aime plus encore que je ne voudrais m'en convaincre

“C’est malheureusement quand on perd une personne qu’on se rend compte de son importance”

Je dépose un baiser sur les cheveux d’Arabella, je ne l’ai pas lâcher une seule seconde, la serrant fort dans mes bras.

“Mais je suis sur que ta prochaine petite amie t’aideras à oublier son souvenir, à passer à autre chose. Je sais que c’est plus facile de s’attacher à son passé qu’à l’avenir, je le vis constamment et plus encore depuis que j’ai revue Micah, mais… c’est pour notre bien. Puis…”

Je me redresse un peu, attrape son visage pour le relevait vers le mien

“Je suis là maintenant Arabella, tu as une amie sur qui t’accrochais, tu n’es plus seule. D’accord?”

Je tend mes lèvres en un sourire, puis je viens les déposaient délicatement sur les siennes. Un baiser de réconfort ou je tente malgré tout de lui transmettre tout l’amour, amicale bien sur, que je lui porte.

Voir le profil de l'utilisateur
Arabella Sandova
avatar
Membre des Zeta Bêta
et Chef Pom-Pom
Féminin
Messages : 78

Ven 28 Sep - 16:49

On fait la fête pour fêter ça 
 
Arabella 
Sandova 
PV 
Beverly 
Hamilton 




   Quand je repensais à elle, j’avais le cœur en train de saigner. Pourtant il y avait encore plusieurs minutes je me sentais bien, épanouie, et le simple fait de parler d’Hailey ça me rendait triste et nostalgique. Je n’avais pas envie que Beverly se sente responsable, ni même qu’elle me voit dans cet état, pourtant je ne pouvais pas contrôler ces frissons de douleurs, de remord qui me parcouraient.

“Oh!”


   Je ne pouvais pas m’empêcher d’y penser, de me demander où elle était, avec qui ? Est-ce qu’elle était heureuse là où elle est aujourd’hui ? J’avais choisi la solution de facilité, doucement on avait arrêté de faire des efforts, et petit à petit on avait perdu le contact. Quand j’évitais d’y penser je ne souffrais pas, mais d’un seul coup j’avais tant de souvenir qui me revenaient en plein visage.

“Oh non Ara”

- Excuse-moi …

“Non c’est moi qui m’excuse, j’aurais pas dû faire ma curieuse, je suis vraiment désolé”

   Beverly devait bien voir à quel point j’étais encore affectée, même si le fait de me retrouver là avec elle aujourd’hui n’était pas non plus étranger à mes émotions exacerbées. Les larmes coulaient petit à petit sur mes joues, plus après que je me retrouvais dans les bras de mon amie. C’était comme si je m’autorisais à être vulnérable le temps d’un câlin.

“Je suis désolé… parfois on a l’impression d’avoir trouver les bonne personne et puis… on nous les reprend. Ne garde que les bon moment, c’est cela qui doit te faire avancé, elle t’as surement appris des tas de choses positif, tu as changé pendant cette relation, ça t’as rendu, plus sûr de toi et aujourd’hui regarde toi! Tu es magnifique”

   Elle arrivait à me faire sourire, même si je continuais à sangloter. Je passais du rire aux larmes, en pensant à ce qu’Hailey m’avait appris. Je crois que la chose la plus importante que j’avais appris avec elle, c’était à faire le point sur moi et sur mes préférences sexuelles. Je ne m’étais jamais demandé avant pourquoi j’avais plus de mal au contact des garçons.

“C’est malheureusement quand on perd une personne qu’on se rend compte de son importance”

- J’ai toujours su qu’elle était importante … mais je ne suis pas sûre de le lui avoir montré assez souvent.

   Aujourd’hui j’aimerais lui dire combien je l’aime, encore, toujours, mais je crois qu’elle avait tiré un trait sur moi, sur nous. Mes yeux continuaient à verser des larmes, mais je me sentais bien contre Beverly. Elle était douce, avenante et son baiser venait enflammer mes cheveux d’un simple contact à la fois chaud et humide.

“Mais je suis sur que ta prochaine petite amie t’aideras à oublier son souvenir, à passer à autre chose. Je sais que c’est plus facile de s’attacher à son passé qu’à l’avenir, je le vis constamment et plus encore depuis que j’ai revue Micah, mais… c’est pour notre bien. Puis…”

   Mon cœur palpitait, je sentais comme une montagne russe à l’intérieur de ma poitrine, tant un rythme effréné pour retrouver la douceur des bras de la pompom girl. Elle arrivait à m’apaiser, je crois qu’elle ressentait la même chose que moi. Quand elle parlait de Micah j’arrivais à capturer la mélancolie dans sa voix du bout de ses lèvres qu’elle posait sur les miennes.

“Je suis là maintenant Arabella, tu as une amie sur qui t’accrochais, tu n’es plus seule. D’accord?”

   Je me sentais immédiatement mieux, même si tout restait embrouillé dans ma tête. Beverly était là en face de moi et j’essayais de lui sourire timidement. Je venais enfouir ma tête dans le creux de son épaule en déversant une à une les larmes qui n’avaient encore pas quitté mon corps décontenancé.

- Bev …

   Je déposais un baiser dans son coup en la serrant un peu plus fort encore contre moi. Ça devait être notre journée de retrouvaille à nous, et pas une journée où je finissais par plomber l’ambiance. D’une certaine façon j’avais besoin d’évacuer toute cette tristesse enfouie en moi depuis trop longtemps, je serais certainement plus légère après.

- Tu l’aimes encore hein ton Micah ?

   Le ton de ma question restait fermé, je connaissais déjà sa réponse, même si mon amie ne l’avouerait pas. On était belle comme ça, toutes les deux à pleurer un amour qui ne nous méritait pas. Je soupirais, me reculant pour venir à mon tour poser mes lèvres sur celle de la blonde qui méritait tout autant de réconfort.

   Pourquoi est-ce que c’était si compliqué d’aimer ? J’aurais tellement aimé que ça soit plus simple, comme cette relation sans complexe que j’ai avec Beverly. Elle était mon âme sœur, comme si on arrivait à se comprendre sans dire un seul mot. L’amour n’était pas une interrogation, c’était plus facile, comme si avec Bev je n’avais jamais à me demander ce qui était normal ou pas.

   Ma main glissait sur son corps nu et je venais caresser son sein, sa poitrine si belle et délicate. Mes larmes s’envolaient, presque instantanément. Je décidais qu’il fallait arrêter de vivre dans le passé, et de profiter de mon amie ici présente. Je la caressais d’une façon plus sensuelle, un doigt détaillant son téton pendant que mes lèvres venaient sucer lentement la peau contre sa clavicule.


- Il a de la chance, seulement il ne s’en rend pas compte.
Voir le profil de l'utilisateur
Beverly Limouze Hamilton
avatar
Entraîneuse des Cheerleading
Féminin
Messages : 51

Ven 5 Oct - 9:56


On fait la fête pour fêter ça?
Beverly ξ Arabella


La situation m'avait échappé, je venais de rendre triste mon amie, alors que je ne voulais que savoir ou elle se situer dans sa vie et evidemment le côté sentimentale en fait partie. J’étais déçu d’apprendre qu’Hailey était partie du jour au lendemain, elle semblait pourtant stable, gentille et surtout attacher à Arabella. Comme quoi, les gens sont vraiment capable de cacher leur jeux par moment, alors comment savoir de qui, réellement, nous tombons amoureux?

J’essaie de lui remontais le moral comme je le peux, maintenant que je l’ai rendu triste, à moi de la ressortir de la, de lui faire retrouver son beau sourire.

- J’ai toujours su qu’elle était importante … mais je ne suis pas sûre de le lui avoir montré assez souvent.

“Peut être… mais si tu as toujours son numéro, tout est encore possible, c’est peut être ça qu’elle attendait après son départ. Es que tu as ouvert ton coeur? Moi tu vois, quand je suis partie, Micah n’a même pas essayer de me faire revenir et je pense que c’est pour ça qu’aujourd’hui encore je lui en veux autant, j’aurai voulu savoir que je comptais plus qu’une autre…”

j’hausse l’épaule, puis sourit en coin pas trés fiére, puis la prend dans mes bras, avec tendresse. Oui j’y crois… la prochaine sera sans doute meilleure avec elle. Mais moi je ne la quitterais plus, plus jamais. Si c’est pour qu’elle se retrouve malheureuse et seule ! Non ! je n’aurais pas dû partir égoïstement lors de ma séparation, j’aurais dû affronter Micah avec courage, ce que je n’étais pas capable de faire évidemment, mais voilà ce que ça a couté… j’ai des amis, pas beaucoup certe, mais qui ont eu besoin de moi à un moment et qui se sont retrouver seule… comme Arabella.

Si vous saviez comme je m’en veux, j’ai l’impression d’avoir le coeur encore plus en miette qu’il ne l’était.

- Bev …

“Je te laisserais plus maintenant, je te le promet, tu pourras compter sur moi quoi qu’il arrive”

Je lui caresse le dos, je sens ses larmes coulaient sur mon épaule et la serre un peu plus contre moi.

- Tu l’aimes encore hein ton Micah ?

“Je sais pas… non je pense pas… enfin… peut être”

Pourquoi c’est si compliqué? on ne peut pas juste tomber sur un homme qui nous aimes et que l’on aime par dessus tout? non il faut qu’on tombe sur des abrutis fini qui court partout et aime trop la femme pour ne rester qu’avec une seule, qui pourtant est unique ! faut bien l’admettre.

Arabella se redresse et vient m'embrasser, sans doute pour me rendre celui que j’ai glisser sur ses lèvres un peu plus tôt. Je ferme les yeux et ma main termine dans ses cheveux, attirant encore ses lèvres sur les miennes. J’ai l’impression d’y trouver le réconfort dont j’ai besoin et j'espère qu’elle ressent les mêmes sensation que moi.

Quand nos lèvres se séparent, c’est sa main qui me caresse avec délicatesse, c’était tellement doux que tout mon corps en frissonne. Mes yeux se pose sur elle, je lui adresse un fin sourire, avant de me penchais à elle, venant embrasser son cou, remontant jusqu’à lobe de son oreille que je titille, sachant ce que cela peut provoquer.

- Il a de la chance, seulement il ne s’en rend pas compte.

“Tant pis pour lui”

Mes paroles ne sont qu’un murmure, je suis trop occupé à savourer la tendresse qu’elle dépose sur mon corps. De ma main toujours dans ses cheveux, je glisse dans son dos, revient jusqu’à son ventre, taquine son nombrile, avant de monter doucement rejoindre sa poitrine. Je joue avec son téton, alors que ma bouche s’empare un peu plus sauvage des lèvres d’Arabella, me redressant pour venir me collais encore plus contre elle.

Voir le profil de l'utilisateur
Arabella Sandova
avatar
Membre des Zeta Bêta
et Chef Pom-Pom
Féminin
Messages : 78

Lun 8 Oct - 18:26

On fait la fête pour fêter ça 
 
Arabella 
Sandova 
PV 
Beverly 
Hamilton 




   Dans cette baignoire, nue à plus d’un titre avec mon amie, je me laissais allez de toutes les façons possibles. Hailey, elle me manquait tellement, même si j’avais fini par me faire une raison. Parler d’elle, ça faisait remonter chacun des souvenir qui me brulaient le cœur un peu plus à chaque seconde.

“Peut être… mais si tu as toujours son numéro, tout est encore possible, c’est peut être ça qu’elle attendait après son départ. Es que tu as ouvert ton coeur? Moi tu vois, quand je suis partie, Micah n’a même pas essayer de me faire revenir et je pense que c’est pour ça qu’aujourd’hui encore je lui en veux autant, j’aurai voulu savoir que je comptais plus qu’une autre…”

   Son Micah, il l’avait abandonnée, même si c’était elle qui était partie. Micah n’arrêtait pas de roucouler avec cette fausse vierge du glee club, mais moi, qu’est ce que j’avais fait pour qu’elle parte. Je sanglotais un peu plus en me blottissant dans les bras ouverts de mon amie pompom girl, c’était salvateur.

   Je ne voulais pas être comme Micah, il ne méritait pas Beverly, même si ça crevait les yeux qu’elle pensait toujours à lui. Je serais Beverly un peu plus fort, en essayant de lui montrer que j’étais contente qu’elle soit revenue à San Francisco. Peut être que je devrais l’écouter, et rappeler Hailey ?

“Je te laisserais plus maintenant, je te le promet, tu pourras compter sur moi quoi qu’il arrive”

   Sa promesse, c’était le genre de promesse qu’on faisait à sa meilleure amie. Je n’avais jamais eu de meilleure amie, parce que j’étais le genre de fille à vouloir coucher avec toutes mes copines. Je crois qu’elle était ce qui se rapprochait le plus d’une meilleure amie, même si je n’étais pas très au fait des convention sociale qui régissait l’amitié.

- Bev … Je ne te laisserai plus partir non plus, ou si tu pars, emmène-moi loin avec toi, j’ai rien qui me retiens ici …

   J’aurais dû demander ça à Hailey avant qu’elle s’en aille, mais elle ne m’en avait pas laissée l’occasion. Je n’étais peut-être pas plus douée que cet abrutit de Micah Hamilton après tout ? Il ne méritait pas Beverly, mais elle méritait d’être heureuse. Si c’était avec ce coureur de bas étage qu’elle était heureuse, alors est ce que ça ne valait pas le coup de faire un effort ?

“Je sais pas… non je pense pas… enfin… peut être”

   Pourquoi c’était toujours compliqué les histoires de garçons ? Les histoires tout court, parce qu’avec les filles c’est pas plus simple. Peut être qu’on devait juste rester amis avec tout le monde, ami avec qui on prend un bain, une amie qu’on embrasse dans la baignoire, une amie qui promet de ne jamais vous laissez ?

- Pfff, je le vois moi … là sous ce sein magnifique. Il y a toujours un Hamilton qui palpite.

   En même temps que je jouais avec son sein gauche, je lui montrais son cœur qui devait être dessous, celui où Micah y gardait toujours une place qu’il ne méritait pas. On était juste deux connes, amoureuses de la mauvaise personne … C’est la dessus que je me laissais allez à embrasser ma copine, plus tendrement encore.

“Tant pis pour lui”

   Tant mieux pour moi ? Ou pas … Je ne voulais pas me poser la question. Les mains de Beverly étaient douces, et mon corps tout entier frémissait. Je la laissais me toucher et se rapprocher encore quand je poussais un petit gémissement. J’avais envie d’elle, tout de suite, et c’était plus fort que n’importe quelle résolution de la journée.

   Ses lèvres sur les miennes, je passais une jambe par-dessus elles pour venir la mettre dans son dos. L’avantage d’être une pompom girl c’est qu’on avait gardé une certaine souplesse, je passais l’autre jambe afin qu’on se retrouve chacune entre les jambes de l’autre. Ma main venait caresser son dos pendant que j’appuyais ma poitrine contre la sienne qui me plait tant.

- C’est l’effet des bulles roses tu crois que je ressens entre mes jambes ?

   Je passais ma main au niveau où mon entre jambe appelait ma voisine. Nos sexes n’étaient pas loin d’un de l’autre, et avec la même main je pouvais jouer entre les deux. Je l’embrassais langoureusement en caressant sa peau, juste entre ses cuisses en jouant du bout des doigts tout autour.

- Au fait, j’ai quelqu’un à te présenter, un colocataire important !

   Avec un doigt je caressais ses lèvres, et m’étirait pour reculer mon corps sans quitter son bassin. J’étendais mon corps de tout mon long en arrière en laissant à mon amie une vue imprenable sur mon ventre et ma poitrine plus modeste que la sienne. Jusqu’à revenir avec mon ami le plus intime de la maison.

- Je te présente Ducky, mon confident depuis qu’Hailey est partie.

   Toute fière, je lui montrais ce canard rose qui avait su lire en moi dans tout les sens du terme. Je le présentais à Beverly avant d’enclencher la fonction vibreur. Je riais doucement à la vue de mon canard qui vibre et venait le plonger dans l’eau pour jouer contre le ventre de mon amie que je faisais vibrer.

- C’est mes bulles roses à moi, ça m’aide à me détendre dans le bain.

Voir le profil de l'utilisateur
Beverly Limouze Hamilton
avatar
Entraîneuse des Cheerleading
Féminin
Messages : 51

Lun 15 Oct - 15:16


On fait la fête pour fêter ça?
Beverly ξ Arabella


Je ne devrais surement pas agir de la sorte avec mon ami, mes mains ne devraient pas repartir à la conquête de son corps, car on le sait, elle comme moi, on n’agit pas de la sorte entre copine. Cela devrait être réservé à mon Micah, ou à sa chérie, enfin ancienne chérie.
Sans doute que mon histoire avec Micah me fais perdre la tête… mais à y réfléchir, je n’ai pas était aussi bien depuis combien de temps?

- Bev … Je ne te laisserai plus partir non plus, ou si tu pars, emmène-moi loin avec toi, j’ai rien qui me retient ici …

Nous venions de nous faire une promesse et à sa réponse qu’elle me donna à celle ci, je remue une fois la tête de haut en bas. C’est noté pour toujours dans ma tête, plus jamais je ne partirais d’ici sans elle… ou peut être que je ne suis plus prête à partir de SAn fRancisco tout court !


- Pfff, je le vois moi … là sous ce sein magnifique. Il y a toujours un Hamilton qui palpite.

Oui c’est peut être aussi une partie de mon problème, je porte en moi ce garçon alors que rien ne devrais me maintenir à lui désormais. Je soupire légèrement, mais très vite les baisers d’Arabella, me font oublier Micah et je ferme les yeux, passant à autre chose. SEs caresses me le font instantanément oublier et j’imagine que pour Ara il se produit la même chose dans sa tête, car à ce moment présent, il n’y a plus que nous deux qui existons.

- C’est l’effet des bulles roses tu crois que je ressens entre mes jambes ?

Mes jambes par dessous les siennes, nos sexes sont désormais capable de se voir - s’ils le pouvaient - Je pouffe de rire à sa question, intimement convaincue que cela ne venait pas uniquement des bulles.

Je viens mettre mon visage dans son cou, lui suçote, il est humide et grâce aux produits que j’ai mis dans le bain, celui ci est agréablement parfumé à la rose. Je sens la main d’Arabella, qui plutôt entreprenante, me caresse.

- Au fait, j’ai quelqu’un à te présenter, un colocataire important !

Je la regarde se pencher, déployant sa poitrine qui m’appelle, incapable de résister, je me penche par dessus elle et vient lui mordillait un téton, avant de lui sucer avec tendresse. Lorsqu’elle se redresse, je vois ce qu’elle tient en mains, mais je termine ce que j’ai commencé, avant de me redressais et de venir l'embrasser à pleine bouche, taquinant sa langue de la mienne.

- Je te présente Ducky, mon confident depuis qu’Hailey est partie.

Cette fille me laisse sans voix, qui pourrait se douter que ce visage d’ange cache une véritable artillerie de sex toy, pas étonnant qu’elle en est vendu avec tant de facilité lors de la vente pour les sororités.

“Je vois que tu as gardé un souvenir de ta vente”

Après l’avoir tripoter, mademoiselle fait plonger son canard sous l’eau, il atteint sans mal le bas de mon ventre me procurant une sensation des plus agréable.

“Oh punaise”

Je souris à mon amie, me penche un peu plus en arrière pour venir appuyer mon dos contre la paroi de la baignoire, gourmande des sensations que ce canard est capable de m'apporter.

- C’est mes bulles roses à moi, ça m’aide à me détendre dans le bain.

“Je comprend mieux pourquoi tu es resté célibataire… hmm… ce truc c’est encore mieux qu’un gars… au moins lui quand on en a marre on sait le faire taire”

Je me met à rire, puis je tend mon bras pour attraper avec ma main celui d’Arabella, je l’attire à moi, pour qu’elle s’allonge par dessus mon corps, de mon autre main, j’attrape son canard et le glisse entre nous deux.

“Autant partager notre petit copain, t’en pense quoi”

Je lâche son bras, lui caressant tout en remontant vers sa poitrine, je lui pince un téton, avant de jouer avec lui, de mon autre main, j’insiste sur le canard au niveau de son clitoris, pour lui faire un peu plus perdre la tête.

“Son bec a l’air de te plaire”

Voir le profil de l'utilisateur
Arabella Sandova
avatar
Membre des Zeta Bêta
et Chef Pom-Pom
Féminin
Messages : 78

Jeu 18 Oct - 8:15

On fait la fête pour fêter ça 
 
Arabella 
Sandova 
PV 
Beverly 
Hamilton 




   Dans la baignoire avec mon amie, j’avais laissé mes émotions m’envahir. Le souvenir douloureux d’Hailey qui me manquait tant faisait remonter en moi un feu que j’avais réussi à maitriser jusque-là. Mais quand Bev avait commencée de m’embrasser, je ne m’étais pas fait prier pour lui rendre son baiser, et introduire mon confiant au bec vibrant.

“Je vois que tu as gardé un souvenir de ta vente”

   Un sourire fier sur les lèvres, je me souvenais de cette vente où j’avais dû à l’époque me découvrir une passion pour les articles érotiques. C’était également de cette façon que notre amitié édulcorée avait commencée. Je me souviens de cet essai de string avec Beverly, j’en avais encore même des frissons en y pensant.

- J’en ai d’autre des souvenirs, mais pas tous à la fois !

“Oh punaise”

   Le canard vibrait contre le corps de ma copine, je la regardais avec des yeux pétillant quand je l’entendais commencer à frémir. Je savais très bien quel effet avait ducky, et j’avais envie de partager ça avec elle aujourd’hui. Je faisais glisser le jouet contre son ventre en m’amusant avec Beverly, je lui faisais part de mes bains en solitaire.

“Je comprend mieux pourquoi tu es resté célibataire… hmm… ce truc c’est encore mieux qu’un gars… au moins lui quand on en a marre on sait le faire taire”

   Je soupirais, amusée par ce petit jeu. C’était quand même mieux à deux qu’en célibataire, quoi qu’elle en pense. Je laissais la blonde manipulé mon jouet et je l’abandonnais même dans ses mains quand elle manifestait son intention d’en disposer. Je profitais d’avoir les mains libres pour caresser une nouvelle fois le sein de ma meilleure amie.

“Autant partager notre petit copain, t’en pense quoi”

- Crois-moi, c’est mieux comme ça qu’en célibataire !

   Quand Beverly approchait nos deux corps pour placer le canard entre nos sexe respectif, je gémissais déjà à la simple approche de mon ami en plastique. On aurait dit qu’elle avait l’habitude de ce genre de jeu entre fille, Bev était plus que détendue en m’allongeant sur elle, laissant le jouer trouver une place méritée entre nous.

- Oh mon dieu !

“Son bec a l’air de te plaire”

   Je me cambrais, pressant mon bassin contre le canard, contre son bassin à elle. Les vibrations parcouraient mon entre jambe dans un frémissement furieux et enivrant. En même temps ma partenaire jouait avec mon téton et je prenais un pied terrible sans pouvoir riposter dans un premier temps.

- Huum, putain.

   Les yeux fermés, je soupirais, venant glisser ma main au niveau de son intimité à elle. Je caressais son clitoris à mon tour, du bout des doigts, je frayais un chemin pour aider la queue du canard à trouver un chemin d’accès. Si j’avais le bec en moi, le canard se trouvait rapidement pris entre nous deux, et quand je venais coller mon sexe au sien, il ne restais plus grand-chose du plastique non dévoré entre nous.

   Mon souffle s’accélérait, je m’exaltais au rythme des vibrations, en me cambrant toujours plus contre elle. Une main le long de ses fesses, je caressais chacune de ses formes en venant embrasser ma copine plus langoureusement. Pas un baiser d’amoureuse, mais un baiser d’une passion dévorante.

   Je me laissais allez à gémir dans la baignoire, remuant avec ma meilleure amie dans des gestes que je n’avais pas imaginé en la voyant débarquée ici. Il faisait chaux, et l’eau éclaboussait dans toute la salle de bain, mais j’étais trop bien pour m’en soucier. Je venais sucer la peau de son cou en y déposant un suçon.

- Ho là lààà

Voir le profil de l'utilisateur
Beverly Limouze Hamilton
avatar
Entraîneuse des Cheerleading
Féminin
Messages : 51

Lun 22 Oct - 10:48


On fait la fête pour fêter ça?
Beverly ξ Arabella


- Crois-moi, c’est mieux comme ça qu’en célibataire !

Je pense que mon amie à la nostalgie du célibat, ou alors peut être que je ne le suis pas depuis assez longtemps pour la ressentir moi aussi. Quoi qu’il en soit, ce petit canard faisait son boulot à la perfection, j’adorais les vibrations qu’il me procurait à l’extérieur de moi, comme à l’extérieur, lorsqu’il touchait mes zones sensible.

Mon corps était contre celui de mon amie, on pouvait ainsi partager et le petit canard et des caresses qui rendaient fou nos corps unis. Le bec de Lucky sur le bord de son entre jambe, je souriais en entendant ma copine appréciait tout autant que moi.

- Oh mon dieu !

Nos corps se resserrent un peu plus l’un à l’autre, ma main libre lui touche ses seins, son dos, le bord de ses reins, avant de caresser ses fesses avec douceur, mais plutôt que de reprendre le même chemin pour remonter mes caresses, je passe par devant, venant rejoindre le petit canard vibrant qui a déjà bien trop pris possession d’Arabella à mon gout.

- Ho là lààà

“chuuuut… faut qu’il m’en laisse quand même”

Hors de question qu’elle jouisse grâce à un petit truc à pile, je pouvais faire mieux que lui et j’allais lui montrait. Je sentais toujours le plastique au bord de mon intimité, bien qu’il commençait à s'enfonçait un peu plus, à cause des caresses qu’elle prodiguait sur mon clitoris en même temps.

“Haan bon sang… c’est bon”

Son doigté, ainsi que son jeu avec Lucky était parfait… je sentais déjà la pression d’un orgasme montait en moi. Mes doigts la pénètre alors pour la faire aussi jouir et si cela se produisait en même temps que moi ça serait l’apothéose.

“Vas Y… lâche toi sur mes doigts”

Je m’enfonce en elle, alors que j’insiste pour que le canard fasse son travail sur son clitoris. Chacune sa technique, la sienne me rendais folle et j’espérais que c’était la même chose pour elle.
Je ferme les yeux, appréciant ce moment de partage des plus intense et plus agréable vécue ensemble. J’avance mon bassin un peu plus vers ses doigts quand je sens l’ivresse du plaisir prendre possession entière de mon corps. Mes gémissements emplissent un peu plus la pièce, espérons que la salle de bain est convenablement isolé, sinon les voisins seraient ravie d’accueillir la petite nouvelle.

Voir le profil de l'utilisateur
Arabella Sandova
avatar
Membre des Zeta Bêta
et Chef Pom-Pom
Féminin
Messages : 78

Mar 23 Oct - 8:22

On fait la fête pour fêter ça 
 
Arabella 
Sandova 
PV 
Beverly 
Hamilton 




   C’était juste divin, je vibrais au rythme du canard, gémissait sous les caresses de ma meilleure amie. Je n’avais pas ressenti ça depuis … trop longtemps. Je ne retenais aucun gémissement, je voulais que Bev sache combien j’étais bien, et c’était grâce à elle. Quand elle écartait notre canard pour venir accompagner les mouvements avec ses doigts en moi, un long soupir de plaisir s’échappait de moi.

“chuuuut… faut qu’il m’en laisse quand même”

   On se pressait, l’une contre l’autre, enfin, plutôt moi contre elle qui était bloquée par l’arrière de la baignoire. Ses jambes autour de moi, je me sentais débordante d’affection, d’amour, de lubricité. Je n’hésitais pas à m’en prendre à sa poitrine, dévorant un sein avec luxure et tendresse. Je le sentais durcir entre mes lèvres, ce qui m’excitait encore plus.

“Haan bon sang… c’est bon”

   Je ronronnais comme une chatte, une chatte aux ronrons aigue et fréquent. Chaque fois qu’elle se pressais un peu plus contre moi je lui offrais mon corps, mon clitoris d’où elle allait assurer le service après-vente du bout des doigts. Elle était si douée, ou ça faisait si longtemps, mais je sentais mon esprit quitter mon corps de plaisir, en laissant une coquille nue derrière un orgasme naissant.

“Vas Y… lâche toi sur mes doigts”

   Chaque soupir se transformait en cri, mes caresses se crispait contre sa peau où j’enfonçais mes ongles, doucement, mais intensément. Mon cœur, mon souffle s’accélérait pendant quelques secondes avant de s’arrêter comme le temps et le reste autour de nous dans un dernier cri d’extase. .

- Ohhhh putain … ouiiii

   Je m’allongeais de tout mon corps sur elle, venant l’embrasser pour la remercier, d’une façon langoureuse. L’eau dans la baignoire avait presque totalement disparu, il restait une flaque au fond, mais la salle de bain finissait avec le sol inondé d’eau rose. Mais tant pis, c’était trop bon. Avec mon nez, je caressais sa joue, son oreille que je mordillais encore pour lui annoncer que ça n’était pas fini.

- Je trouve que tu n’as pas crié assez fort encore !

   Avec un doigt j’emmêlais une mèche de ses cheveux, j’embrassais sa tempe, et je descendais rapidement le long de son corps libéré de se bain qui avait disparu. J’embrassais son cou, sa clavicule, sa poitrine, caressant son abdomen du bout de mon nez jusqu’à reculer pour me retrouver nez à nez avec son clitoris.

   Un grand sourire jusqu’au oreille, je la chatouillais du bout de mon nez qui s’humectait de son liquide séminal avant de mordiller ses lèvres, doucement et de plonger ma langue à l’intérieur pour faire valser son intimité au rythme de ses cri que je voulais entendre dans tous l’immeuble. Une main sur chacune de ses fesses, je la faisais mienne du plus profond que je pouvais enfiler ma langue en elle.

Voir le profil de l'utilisateur
Beverly Limouze Hamilton
avatar
Entraîneuse des Cheerleading
Féminin
Messages : 51

Jeu 25 Oct - 14:39


On fait la fête pour fêter ça?
Beverly ξ Arabella


Je m’amusais comme une petite folle avec le corps de mon amie. J’avais l’impression d’être partie à la conquête du graal et que son orgasme serait mon apogée. J’appréciais chacun de ses cris, de ses soupirs, les tortillements de son corps sous l’appréciation de mes caresses, m'excitait au plus haut point.  

C’était juste parfait comme bain entre copine, même si je n’avais pas espéré autant à mon arrivée dans son appartement. Non mais sérieusement? qui aurait pu croire que nous finirions à prendre plaisir ensemble? Certes, ce n’est pas comme si ça n’étais pas déjà arrivé par le passé, mais comme ça là? tout de suite! C’était aussi soudain qu’agréable. Comme quoi deux coeurs brisé peuvent vraiment s’aider à remonter la pente. J’avais eu une des meilleures idées depuis mon arrivé à San Francisco, que de la contactais elle et personne d’autre.

- Ohhhh putain … ouiiii

Je sentis son sexe se serrais un peu plus sur mes doigts que j’enfonçais en elle, alors que le petit canard terminer son oeuvr sur son clitoris pour un organsme d’enfer. Je voulais qu’elle se souvient de nos retrouvailles, qu’elle en rêve et pourquoi pas qu’elle fantasme dessus encore un peu.

- Je trouve que tu n’as pas crié assez fort encore !

Je la récupère contre moi, alors que son attention envers mon corps reprend à trois cent pour cent. Ses lèvres, ses mains, j’ai toute son attention depuis qu’elle a crier son plaisir dans la salle de bain. La pièce c’est rafraîchit, l’eau ayant quasi disparu de notre baignoire ou nous avons sans doute un peu trop… bouger sous l’excitation.

“Je t’en prie… fais ce qu’il faut pour que ce soit le cas”

Je lui adresse un sourire, puis nous partageons un dernier baiser, avant qu’elle ne parcours le reste de mon corps de ses lèvres. Un frisson de plaisir m'envahit sachant ce qu’elle prévoyait de me faire et quand ses lèvres toucher mon vagin, j’écarte un peu plus les jambes et me cambre un peu.

“Oh putain… oui…”

Y’a tellement longtemps qu’aucune bouche n’est partie à la rencontre de cette zone pourtant tellement sensible de mon corps et pourtant j’aime tellement cela. de plus, la langue de ma partenaire semble si prendre à la perfection, accélérant quand il le fallait, revenant à la charge chaque fois que le plaisir retomber un petit peu.

Mes mains rejoigne ses cheveux et sans le vouloir, je presse son visage contre mon entre jambe, chaque fois que le plaisir se fait ressentir un peu plus fort.

“Hmmm continue Ara… ne t’arrête paaaaa, haaan”

Je bouge le bassin, j’essai de ne pas l'étouffer en la pressant contre moi, mais cela devient difficilement gérable, jusqu’à ce que mes gémissements ou plutôt mes cries de plaisir emplit la salle de bain d’Arabella.

Voir le profil de l'utilisateur
Arabella Sandova
avatar
Membre des Zeta Bêta
et Chef Pom-Pom
Féminin
Messages : 78

Mar 6 Nov - 18:43

On fait la fête pour fêter ça 
 
Arabella 
Sandova 
PV 
Beverly 
Hamilton 




   Même sans eau dans la baignoire, la température grimpais un peu plus à chaque seconde, et nous n’avions pas besoin de ce liquide pour rester chacune humide comme jamais. Je venais de laisser Bev me faire jouir, ça faisait trop longtemps que je n’avais pas ressenti ça. La chatte en feu, et en même temps c’était comme si j’étais enveloppé dans du coton.

   J’adorais cette sensation de douceur et d’excitation conjointe. Le souffle haletant, je me remettais à peine de mes émotions que je décidais de ne pas abandonner ma meilleure amie à son triste sort. Il fallait qu’elle en profite, je voulais lui rendre chaque caresse par dix, même plus encore, je voulais qu’elle crie à en faire vibrer les murs.

“Je t’en prie… fais ce qu’il faut pour que ce soit le cas”

   Pas besoin de me faire prier pour ça, et dans un dernier baiser langoureux dans lequel je lui transmettais le reste d’un désir harassant, je finissais par glisser le long de son corps, le parcourant avec mes lèvres jusqu’à prendre d’assaut sa flore encore humide comme j’aime. Ma langue venait tourbillonner en elle pour laper son jus et la faire gémir, encore, et encore.

“Oh putain… oui…”

   L’entendre prendre du plaisir c’était une mélodie qui m’avait manqué également. Cette salle de bain n’avait fait l’écho de mes seuls cris pendant trop longtemps, et c’était une bonne chose que ça change. La blonde écartait les jambes un peu plus, à mesure qu’elle pressait la tête si fort en elle que je pratiquais bientôt un cuni en apnée.

“Hmmm continue Ara… ne t’arrête paaaaa, haaan”

   Ça lui plaisait tellement que l’air n’était pas un problème. Je mordillais chacune de ses lèvres en pénétrant avec ma langue de façon toujours plus invasive. Je continuais comme elle me le demandait, encore, encore, en la laissant à la fois tirer mes cheveux et me pousser contre elle d’une façon déconcertante.

   Je lui dirais combien j’aime ça si on ne m’avait pas si bien éduquée à ne rien dire la bouche pleine. Mon impulsivité n’avait d’égale que la frénésie des cris de mon amie. Je me régalais, d’elle, de ses gémissements à la fois stridents et si doux à mes oreilles. J’en profitais jusqu’à sentir ce liquide chaud caresser ma langue.

- Oh mon dieu !

   Depuis trop longtemps je n’avais pas ressenti ça. Je m’écartais juste assez pour ne pas avaler, mais je restais à proximité de sa vulve pour venir récolter sa sève du bout des doigts. Pendant que Belverly reprenait ses esprits, je m’amusais à récolter ces sécrétions vaginales que je m’appliquais sur le visage telle une crème de beauté.

   Amusée, j’en étalais sur mes joues, mon nez, le menton et même jusqu’au front avant de reculée, fière de notre échange entre fille. Penchée sur mon amie, épandue de son odeur qui bien qu’olfactivement musquée représentait pour moi celle de l’amour fusionnel entre fille, je caressais une fois encore un de ses seins qui avait perdu en fermeté.

- Tu aimes mon nouveau masque de beauté ?

   Je lui faisais mon plus beau sourire, mes doigts sur son corps, je la dévalais une dernière fois en la caressant de mes yeux qui n’avaient pas perdu en tendresse. Je tendais mon bras de l’autre côté de la baignoire pour venir attraper le pommeau de la douche et je commençais à faire couler une eau mi chaude, mi tiède pour commencer à nous rincer.

   En m’assurant d’avoir la bonne température, je laissais le jet couler sur nous avant de retourner m’étaler contre le corps de ma meilleure amie. Je me blottissais contre son épaule, son cou, entre ses jambes toujours moyennement écartée pour venir nous arroser les deux. Je rinçais mon masque improvisé avant de poser mes lèvres contre sa joue d’une façon plus douce et moins sauvage.

- Merci pour cet instant entre fille … j’en avais besoin, vraiment.

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Haiti : Se défouler pour oublier la misère...noire
» De l'alcool pour oublier première idée... PV Baban'
» GANDHI caniche abricot 8 ans danger Lille (59) AVANT 31/10
» Imbolc / Chandeleur
» RÉSUMÉ DE LA PARTIE 86 - RMS TITANIC

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
San Francisco Life :: San Francisco :: ♣ Potrero Hill :: ♥ Appartements & Loft :: N° 45 - N° 45 Beverly & Arabella-
Sauter vers: