San Francisco Life
Bonjour et bienvenue sur le Forum de San Francisco Life ! =)

Nous sommes toujours ravis d'accueillir de nouveaux membres et si tu veux t'inscrire, n'oublie pas de choisir un nom et un prénom

Petite précisions : Pour l'inscription, tu n'as pas besoin d'activer ton compte ! =)

Nous espérons te voir bientôt parmi nous ^^

Clara, Fondatrice du Forum.



 

Partagez|
Beverly Limouze Hamilton
avatar
Entraîneuse des Cheerleading
Féminin
Messages : 13

Ven 4 Mai - 16:41


On fait la fête pour fêter ça?
Beverly ξ Arabella


Deux jours que je suis à San Francisco, dans cette chambre d'hôtel. Mais aujourd'hui c'est le jour de trop... celui ou j'ai revue Micah alors que j'espérais que ce soit le plus tardivement possible, mais vous pensez bien... le destin... putain de destin, à préféré le mettre sur ma route aujourd'hui.
Je suis fatigué de ma journée, autant physiquement que psychologiquement, alors me retrouvais le corps en croix sur ce lit bien trop grand à mon goût, me fou le cafard.

Je repense à toutes ces filles que j'ai vu pendant l’entraînement, beaucoup de nouvelle têtes, plus beaucoup d'ancienne, nous avons franchie un cap, nous sommes apparemment tous devenue assez mature pour prendre notre propre vie en main. Puis je pense à Arabella, à qui j'ai donné mon rang de Chef Pompom il y a un an avant mon départ. Elle n'était pas là à l’entraînement, peut être malade, ou peut être qu'elle a oublié.

Je me redresse pour attraper mon téléphone, dans mon répertoire je cherche son prénom, puis quand je le trouve enfin, c'est sans hésité que j'appuie sur le bouton vert. Une sonnerie... deux... puis enfin j’entends sa voix.

« Arabella, j'écoute »

« C'est Bév »


Je n'ajoute rien, je l'entend déjà devenir folle derrière son téléphone. J'ai le sourire sur les lèvres et surtout les larmes aux yeux. C'est tellement bon d'entendre une voix que l'on connaît bien.

« Si si c'est bien moi je t'assure, c'est pas une blague »

« Je suis à San Francisco depuis deux jours et... »


Voila qu'elle m'incendie de ne pas l'avoir prévenue de mon arrivée en ville, elle veut tout savoir, mais ne me laisse pas une seconde pour répondre, ce qui me provoque un fou rire.

« Calme toi, j'arrive même pas à répondre a une seule de tes questions tellement tu parles vite »

Elle éclate de rire à son tour, je me joint à elle, puis le calme retombe.
Elle veut savoir ou je suis, avec qui... Elle ne me parle pas de Micah et je lui en suis tellement reconnaissante. Quand elle me demande ou je vis, pour qu'elle vienne me voir, je rajoute, faisant tourner une mèche de cheveux autour de mon doigt.

« Je suis dans un hôtel pour le moment, j'ai mis une annonce pour trouver une colocation, mais j'ai encore... »

Arabella me coupe immédiatement, il ne lui faut pas plus de deux secondes pour déjà nous imaginais dans son appartement qu'elle trouvait justement – ou comme par hasard – trop grand pour elle seule.

« Tu es sur ? Tu sais comment je suis et puis... »

Elle me coupe, même l'annonce de mon petit chien ne lui fais pas peur. Elle veut absolument que je vienne tout de suite une fois que j'aurais rendue ma chambre d'hôtel... Comment ne pas accepté moi qui justement craignais de moisir dans cette chambre, toute seule, moi qui justement commencer à ne plus accepter d'être aussi seule.

« Laisse moi une heure et j'arrive »

Elle me dit de prendre de quoi noter et c'est son adresse que je griffonne sur un bout de papier, trouver à la hâte dans mon sac à main, heureusement que je garde toujours mes tickets de caisse, sinon j'aurais du tout noter sur ma main.

« N°45 oui oui t'en fais pas j'ai tout noter... a tout à l'heure Ara... et merci »

Lorsque je raccroche, cette envie de pleurer a disparu, si je le pouvais je la remercierais encore, car en quelques minutes avec elle au téléphone, elle a su effacer le négatif de ma journée. Je ne perd pas de temps, je prépare tous ce que j'ai avec moi dans la chambre d'hôtel. Je prend une bonne douche avant de partir, autant profité de l'eau vu le prix que l'on paie, puis mon chien dans mon sac à main, nous allons jusqu'à l'adresse que nous a donné Arabella. Il m'en faut du temps pour y parvenir, heureusement que San Francisco est bien desservie niveau Métro et que j'ai un bon GPS même pour les piétons dans mon téléphone dernier cri.

« Faut vraiment je pense à m'achetais une voiture »

Je lève la tête devant le bâtiment qui semble être le bon, du moins, c'est ce que mon GPS ne cesse de me répétais.

« Vous êtes arrivée... Vous êtes arrivée »

« Ouai ouai c'est bon, on a compris »

Je prend soin de l'éteindre, tout en soupirant quand je constate que ce petit voyage, m'a pourrie la moitié de la batterie du portable. Super la technologie, mais un peu plus de batterie serait bienvenue dans ce genre de circonstance, car si Ara' aurait habité plus loin, je suis pas sur que ça aurait tenue beaucoup plus longtemps.

Je sonne au numéro approprier sur l'interphone et la voix de ma folle dingue de copine résonne dans toute la rue. Je suis encore entrain de rire de son excitation, quand je pousse la porte et monte jusqu'à son étage. Je dépose ma chienne Chanel, qui saute marche aprés marche à mes côtés, puis s’immobilise devant la porte ou je m'arrête avec ma petite valise, mais je n'ai pas le temps de toquer, qu'Arabella ouvre la porte et me saute au cou.

« T'es vraiment cinglé comme fille »
Voir le profil de l'utilisateur
Arabella Sandova
avatar
Membre des Zeta Bêta
et Chef Pom-Pom
Féminin
Messages : 55

Mer 16 Mai - 10:12

On fait la fête pour fêter ça 
 
Arabella 
Sandova 
PV 
Beverly 
Hamilton 




   La ville était devenue tellement différente depuis le départ d’Hailey, celui de Beverly, et chacune des copines que je pouvais avoir qui ont toutes finies par m’abandonner. Finalement même le lycée devenait un endroit froid, sans âme, du moins ça n’était plus cette âme que j’aimais tant défendre en me trémoussant avec les jolis pompom que m’avaient légué Beverly avant de partir.

   Ma dernière année avait été plutôt dénuée de sens, même si j’étais fière d’être la nouvelle capitaine des pompom, je me recentrais sur ma famille, mes sœurs, pour qui je ne cesserais jamais de me battre. Je continuais de chanter dans des petits cafés pour animer le vendredi soir, mais je me rendais bien compte que je ne serais jamais une star internationale.

   J’avais arrêté mes études, même si j’avais travaillé dure pour décrocher mon diplôme, et je me concentrais sur des petites auditions pour faire des publicités, n’importe quoi qui pourrait me sortir de cette routine. Je continuais de travailler avec Lena, presque à plein temps maintenant, elle était toujours aussi compréhensive, comme une deuxième maman.

   Sans les filles, je n’avais plus d’intérêt à rester chez les Zeta, alors je m’étais trouvé un petit appartement qui serait allez parfaitement pour moi toute seule. Je m’y était habituée, même si je devais avouer que parfois ma vie chez les Zeta me manquait.

   Aujourd’hui j’avais passé la matinée avec la puce de Léna et j’avais mon après midi pour moi. Je pensais prospecter un peu pour un petit rôle quelque part, j’étais même confiante quand mon téléphone sonnait. Je courais pour le récupérer sur la petite table basse quand je voyais la photo de Bev s’afficher.


- Hiiii ! Bev

   Je décrochais toute excitée, on ne s’appelait pas assez, même si elle me manquait beaucoup. Je lui avais promis de prendre soin de ses pompom, et je crois que j’avais pas trop mal réussi avant de rendre le flambeau à celle que j’avais jugé la plus méritante.


- ça va ? T’es où, tu fais quoi ? A San Francisco ? Je te crois pas ? Depuis quand ?

   Ecoutant mon amie me raconter rapidement qu’elle était revenue en ville, je sautillais sur place, il fallait absolument que je la vois. J’avais un millier de question à lui poser que je lui posais déjà. Je riais quand elle me disais de me calmer, mais je pouvais pas.

- A l’hôtel ? Faut que tu viennes ici, tu vas pas rester à l’hôtel !

   Pourquoi est ce qu’elle était dans une chambre d’hôtel, j’avais du mal à imaginer ma copine à l’hôtel. Je ne sais pas bien si elle comptait rester longtemps en ville ou pas, mais je lui expliquait qu’elle devait venir chez moi, qu’il était hors de question qu’elle dorme une nuit de plus là bas.

   J’exposais la situation, en lui avouant qu’on serait peut être un peu à l’étroit, mais que je voulais vraiment qu’elle vienne. Je lui donne l’adresse de l’appartement en confirmant qu’elle pourrait venir elle, et son ami canin qu’elle voulait me présenter.

- Bien sûr que t’emmène aussi ton chien, allez hop hop hop je te fais de la place le temps que t’arrive !

   En raccrochant le téléphone, je le lançais sur le petit canapé et je sautillais encore sur place en gloussant, joignant mes mains avec un large sourire. Maintenant opération nettoyage de printemps, il fallait ranger vite fait la vaisselle, les vêtements qui traînaient. Elle me laissait une heure, je crois que j’en avais besoin moi aussi.

   En passant à la salle de bain pour déposer mon linge sale dans un coin, je me regardais dans le miroir et je me faisais peur. Pfff, j’ai une sale gueule, je crois que j’ai besoin d’une douche. Sans me poser de question je sautais dans la douche pour me passer un coup sur le visage, j’ai pas envie de faire fuire ma Bev à peine qu’elle arrivera.

   Un petit coup de shampoing rapidement, tant pis si mes cheveux resteront mouillés, au moins ils seront propres. En sortant je repassais devant le même miroir en faisant un sourire satisfaite de moi. J’enfilais rapidement une culotte propre qui trainait et un mini short, pas beaucoup plus large que la culotte.

   J’attrapais un bandeau que j’enfilais autour de ma poitrine, contente finalement d’avoir des petits seins pour pouvoir enfiler ce genre de truc tout en restant à l’aise. J’envoyais un baiser à mon reflet dans le miroir tout en me coiffant, séchant mes cheveux, contente de ressembler un minimum à quelque chose.

   Trépignant d’impatience, je regardais par la fenêtre de la salle de bain quand je reconnaissais ma copine qui descendait d’une voiture. J’avais tellement hâte que je terminais mon ouvrage avant de foncer vers la porte d’entrée. J’ouvrais ma porte pour trouver la blonde prête à toquer quand je me précipitait pour la prendre dans mes bras.

- Hiiii !!!

   Je dépose un bisou sur ses lèvres, sans presser le baiser, comme j’embrassais une copine que je n’ai pas vu depuis longtemps avant de la serrer contre moi. Je me reculais en sautant d’un bond en arrière pour la regarder avec enthousiasme de la tête au pied.

- Ma chérie, j’arrive pas à croire que t’es ici ! Regarde toi, t’es magnifique.

   Elle avait même ce petit chien tout mignon avec elle que j’approchais pour venir caresser la tête avec un doigt. C’était comme à l’époque, j’avais l’impression d’être une gamine et que j’allais pouvoir revivre ces années qui me manquait tant. Attrapant la main de la blonde je la tirais de force à l’intérieur en sautillant.


- Vient vient vient ! Je vais te faire visiter.

   J’avais trop hâte de lui montrer mon chez moi, notre chez nous même jusqu’à nouvel ordre. Si elle comptait rester en ville, on pourrait se chercher un appart plus grand pour toutes les deux, rien qu’à l’idée j’étais excitée comme une puce. Je tourbillonnait dans le couloir en dirigeant Beverly jusqu’à ce coin salon en la questionnant à la façon d’une mitraillette d'enthousiasme.

- Tu vas bien ? Tu va rester longtemps en ville ? Tu veux boire quelque chose ?

Voir le profil de l'utilisateur
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
San Francisco Life :: San Francisco :: ♣ Potrero Hill :: ♥ Appartements & Loft :: N° 45 - N° 45 Beverly & Arabella-
Sauter vers: